"Avec Edouard Luntz, le cinéaste des âmes" de Julien Frey
"Avec Edouard Luntz, le cinéaste des âmes" de Julien Frey - Editions Futuropolis
"Avec Edouard Luntz, le cinéaste des âmes" de Julien Frey - Editions Futuropolis
"Avec Edouard Luntz, le cinéaste des âmes" de Julien Frey - Editions Futuropolis
Publicité

Julien Frey vous parle de sa BD "Avec Edouard Luntz, le cinéaste des âmes", et Valérie Niquet du sommet tripartite Japon - Chine - Corée du Sud. L'es chroniques s'intéressent à la philosophie de l'amour et aux selfies au Festival de Cannes.

Avec

@PetitsMatinsFC

Le Réveil Culturel : Tewfik Hakem s'entretient avec Julien Frey, scénariste de BD pour Avec Edouard Luntz, le cinéaste des âmes, aux éditions Futuropolis, un hommage à Edward Luntz, un cinéaste libre longtemps oublié, contemporain du mouvement de la Nouvelle Vague, qui fabriquait un cinéma de l’enfance, de l’adolescence et fut le premier à filmer la banlieue.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

"Avec Edouard Luntz, le cinéaste des âmes" de Julien Frey
"Avec Edouard Luntz, le cinéaste des âmes" de Julien Frey
- Editions Futuropolis

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

50 min

Le Journal des Idées par Jacques Munier : Philosophie de l’amour : les dieux sont morts, sauf Eros...

Pour les 150 ans de l’Ecole pratique des Hautes Études, le philosophe Giorgio Agamben était l’invité d’honneur. Vincent Delecroix, directeur d’études dans la prestigieuse institution, dresse son portrait intellectuel dans les pages Débats de L’Obs

Son horizon est politique, c’est celui d’une forme de vie au-delà du droit, soustraite à la puissance de l’État, regardant vers une communauté à venir libérée de la puissance juridique et favorisée par une restitution de l’individu à lui-même.

L’entreprise, qui passe par une archéologie mobilisant les moyens de la philologie, de la théologie, de l’histoire du droit – notamment romain – explore les « seuils » ou les « tournants » essentiels de la culture dans le but « d_e désamorcer et de neutraliser en les dévoilant les catégories par lesquelles le sujet dominé a été construit_ ». Déconstruire l’image de ce « sujet souverain », « moderne et libéral », tout entier engagé dans l’action mais livré au pouvoir et totalement contrôlé, le libérer par une philosophie du « désœuvrement », telle est l’ambition constante d’Agamben, résume Vincent Delecroix qui insiste sur cette forme de résistance passive « qui contaminerait l’exercice même de la force, qui destituerait la puissance ». Le philosophe désigne d’ailleurs parfois ainsi sa pensée : une « théorie de la puissance destituante », cherchant les lieux et les époques, les figures où « s’invertit cette logique occidentale de la puissance ». Figures de l’enfant ou de l’amant, du scribe qui n’écrit pas, de l’ange… 

En savoir plus : (Tout) Contre l'amour
4 min
52 min
En savoir plus : De l'amour
30 min
En savoir plus : Les malheurs de l'amour
28 min

Les Enjeux Internationaux par Xavier Martinet : Avec cette première rencontre depuis plus de deux ans à Tokyo, les trois chefs d’exécutifs chinois, sud-coréen et japonais entendent poser leurs conditions au rapprochement avec la Corée du Nord. Avant la rencontre entre Kim Jong Un et Donald Trump le 12 juin, le Japon notamment s’inquiète d’être un des oubliés du processus. Avec une déclaration commune de soutien au rapprochement intercoréen et à la déclaration du 27 avril à Panmunjon, les trois chefs d’exécutif réunis mercredi à Tokyo s’en sont tenus au minimum diplomatique pour commenter un processus dont la prochaine étape leur échappe. Japon - Chine - Corée du Sud, sommet tripartite - négociations avec la Corée du Nord : comment convaincre le Japon ?

Xavier Martinet s'entretient avec Valérie Niquet, responsable du pôle Asie à la Fondation pour la Recherche Stratégique.

L'Humeur du matin par Guillaume Erner : Une nouveauté au Festival de Cannes : l'interdiction des selfies sur le tapis rouge du Palais des festivals. Et cela n'a rien à voir avec la dangerosité perçue des perches à selfies.

Je ne sais pas si vous vous rendez compte de ce que cela signifie d'interdire les selfies dans le saint des saints du Festival. Ce n'est pas seulement priver les participants, stars et spectateurs du diplôme "j'y étais", c'est aussi et surtout flétrir le narcissisme dans un lieu qui lui est entièrement dédié, du star système au cinéma d’auteur, le festival, c’est la conjuration des ego. 

Or donc il s agirait d’interdire tout culte d’auto-glorification, un peu comme si l’on décidait d’interdire le mauvais goût au salon du prêt à porter, ou bien encore si l’on désirait bouter toute forme de pollution hors du salon de l’auto. Mais a bien y réfléchir, Cannes et le cinéma sont une fois de plus un résumé de l’époque. Interdire les selfies sur un tapis rouge qui est au moi ce qu’une piste d’aéroport est au décollage, l’interdire ici, c’est marquer une fois de plus notre ambivalence vis à vis du narcissisme. Tout dans notre société nous incite au narcissisme, et seuls les narcissiques survivent. Aux egos surdimensionnés, on donne droit à la parole et droit à l’image. Ceux qui ne font pas de selfies, sont souvent ceux qui n’ont pas besoin d’en faire, parce que, bien entendu, sur le tapis rouge, d’autres se chargeront de les photographier. Ça tombe bien, il n’y a que deux tissus qui n’ont pas de poches ou fourrer un smartphone, les linceuls n’ont pas de poche, les robes de soirées non plus. Les selfies sont interdits ici - autrement dit le moi est haïssable, surtout celui des autres. 

3 min
5 min
3 min

@PetitsMatinsFC