Daniel Cohn-Bendit (C-micro à la main), fondateur du "Mouvement du 22 mars" et l'un des leaders du "Mai 68", s'adresse à des étudiants 03 mai 1968 devant l'université de Paris-Sorbonne.
Daniel Cohn-Bendit (C-micro à la main), fondateur du "Mouvement du 22 mars" et l'un des leaders du "Mai 68", s'adresse à des étudiants 03 mai 1968 devant l'université de Paris-Sorbonne.
Daniel Cohn-Bendit (C-micro à la main), fondateur du "Mouvement du 22 mars" et l'un des leaders du "Mai 68", s'adresse à des étudiants 03 mai 1968 devant l'université de Paris-Sorbonne.  ©AFP - UPI
Daniel Cohn-Bendit (C-micro à la main), fondateur du "Mouvement du 22 mars" et l'un des leaders du "Mai 68", s'adresse à des étudiants 03 mai 1968 devant l'université de Paris-Sorbonne. ©AFP - UPI
Daniel Cohn-Bendit (C-micro à la main), fondateur du "Mouvement du 22 mars" et l'un des leaders du "Mai 68", s'adresse à des étudiants 03 mai 1968 devant l'université de Paris-Sorbonne. ©AFP - UPI
Publicité
Résumé

Laurent Chalumeau vous parle de son roman "VNER", et Thierry Vircoulon de la situation en Centrafrique.Les chroniques s'intéressent aux débuts de mai 68 et à l'information, dernier rempart à la communication.

avec :

Laurent Chalumeau (Journaliste rock, scénariste, dialoguiste, romancier), Thierry Vircoulon (Chercheur associé au Centre Afrique subsaharienne de l'Ifri).

En savoir plus

@PetitsMatinsFC

Le Réveil Culturel : Tewfik Hakem s'entretient avec Laurent Chalumeau, écrivain, pour VNER aux éditions Grasset, un roman noir social en résonance avec notre époque et les affaires de harcèlement sexuel, en forme de long monologue, celui d’un homme qui a tout perdu et décide se venger... 

Publicité

Mon personnage est le représentant d’une espèce en voie de disparition ou du moins c’est le sentiment qu’il éprouve, il a l’impression d’être devenu le représentant d’une population superflue. Il habite dans une ville sinistrée mais dont le naufrage ne semble pas affecter le reste du pays, son couple a explosé mais les clauses du pacte conjugal qu’il avait passées avec sa femme sont devenues nulles et non avenues, sa façon d’envisager le couple, la séduction, la sexualité, tout ça c’est remis en question, et son groupe d’amis ne survit pas à la délocalisation de l’employeur principal… C’est une façon d’illustrer comment le social et l’économique peuvent venir compliquer et affecter l’intime.

C’est mon manque d’imagination qui m’amène à transformer mes indignations de citoyen en combustible pour la chaudière de mes fictions

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le Journal des Idées par Jacques Munier : 3 mai : les débuts de mai 68. La police évacue les étudiants qui occupaient la Sorbonne. Des dizaines d’entre eux sont embarqués. Des manifestations éclatent dans le Quartier Latin au cri de «Libérez nos camarades !» Les premières barricades sont élevées.

50 ans après les murs, les archives ont la parole… C’est le délai légal pour l’ouverture aux chercheurs de la mémoire de l’Elysée, de Matignon, du ministère de l’Intérieur, des RG, à l’exception de l’armée et du Quai d’Orsay, qui ont un régime dérogatoire. Philippe Artières et Emmanuelle Giry ont dirigé un travail d’enquête dans les kilomètres linéaires de cartons où se serrent les traces multiples de la veille étatique, du sommet à la base, et notamment de la frénésie de la police, dès qu’elle investit un lieu occupé ou un domicile, à tout photographier, ramasser et ordonner en dossier : tracts, affiches, agendas, répertoires, comme celui d’Alain Geismar, perdu, lors de l’évacuation des Beaux-Arts et qui sera récupéré par les RG, avec les coordonnées des militants. Les pages idées de Libération donnent un aperçu de l’ouvrage tiré du dépouillement de ces archives par les historiens, publié à L’Iconoclaste sous le titre 68 Les archives du pouvoir, alors que s’ouvre aujourd’hui aux Archives nationales l’exposition qui en présente les pièces les plus significatives.

4 min
En savoir plus : Mai 68
17 min
En savoir plus : Raconter mai 68 autrement
49 min
En savoir plus : Mai 68 sur France Culture

Les Enjeux Internationaux par Xavier Martinet : Centrafrique. Avec 24 tués, le bilan s’alourdit après les violences de lundi à Bangui. Les affrontements entre milices armées et forces de sécurité et les manifestations de colère qui ont suivi sont le signe d’une contestation croissante de l’action de l’ONU et de l’Etat centrafricain. Déjà 5 ans de conflit et un constat : la guerre ou l'Etat, quelle différence ? 

Xavier Martinet s'entretient avec Thierry Vircoulon, coordonnateur de l’Observatoire de l’Afrique australe et des Grands Lacs à l'Institut Français des Relations Internationales et maître de conférences à Sciences-Po.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

11 min
6 min
52 min
58 min
58 min
En savoir plus : A quoi sert l'ONU ?
58 min

L'Humeur du matin par Guillaume Erner : Qui veut des ristournes ? Oui, c'est la question qui se pose, car, apparemment, ce sont les soldes en matières de communication. Deux affaires évoquent des ristournes, des ristournes abusives, accordées par des entreprises de communication à des politiques : la première, c'est celle qui a entraîné la mise en examen de Vincent Bolloré ; la seconde concerne Emmanuel Macron, candidat, qui aurait obtenu des ristournes de la part de la société d'événementiel GL Events, une affaire révélée par Médiapart et niée par Les Echos. Deux affaires mais un même problème : dans une société dominée par la communication, ceux qui maîtrisent la communication maîtrisent les données du problème : la communication pour les pouvoirs, tous les pouvoirs, n'a plus de prix. Et voilà pourquoi il n'est pas inutile de défendre le seul rempart dont nous disposons encore contre la communication, j'ai nommé l'information.

@PetitsMatinsFC