Nina Bouraoui pour son roman "Otages".
Nina Bouraoui pour son roman "Otages".
Nina Bouraoui pour son roman "Otages". - éditions JC Lattès
Nina Bouraoui pour son roman "Otages". - éditions JC Lattès
Nina Bouraoui pour son roman "Otages". - éditions JC Lattès
Publicité
Résumé

Nina Bouraoui vous parle de son roman "Otages", et Stéphane Corcuff des relations entre Taïwan et la Chine. Guillaume Erner s'intéresse à Carlos Ghosn.

avec :

Nina Bouraoui (Ecrivain), Stéphane Corcuff (spécialiste du monde chinois, maître de conférences à Sciences-Po Lyon.).

En savoir plus

Le Réveil Culturel par Tewfik Hakem :

Tewfik Hakem s'entretient avec l'écrivaine Nina Bouraoui à propos de son roman, Otages, paru aux éditions JC Lattès.

Publicité

Pour écouter l'intégralité de cet entretien :

26 min

Les Enjeux Internationaux par Julie Gacon :

"Une partie de l'avenir du monde se joue à Taïwan". Après sa ré-élection samedi, la présidente Tsaï Ing-Wen, qui défend une ligne plutôt indépendantiste vis-à-vis de Pékin, a appelé à une "reprise du dialogue" avec les autorités chinoises. Taïwan et la Chine ont-elles toujours besoin l'une de l'autre ?

Julie Gacon s'entretient avec Stéphane Corcuff, spécialiste du monde chinois, directeur de l'antenne taiwanaise du Centre d’Etudes françaises sur la Chine contemporaine (CFC).

Pour écouter l'intégralité de cet entretien :

16 min

L'Humeur du matin par Guillaume Erner :

Oui, je sais, dans la vie, nous avons tous envie d’être des Dreyfus, c’est quasiment devenu aujourd’hui un tic de langage : tout accusé explique qu’il est le nouveau Dreyfus, et peut-être même d’ailleurs cela est-il parfois vrai… 

Bon pour le moment Carlos Ghosn nous a épargné cela, et c’est tant mieux parce qu’il possède peu de traits communs avec le capitaine Dreyfus… Dreyfus était un personnage falot, plutôt en retrait, Ghosn a disons une personnalité appuyée, c’est un personnage qui ose tout, avec notamment sa dernière sortie en date : aujourd’hui, dans Le Figaro, Ghosn attaque Renault aux prud’hommes, réclamant ses droits à la retraite, un peu moins de 800.000 euros par an, en voilà un qui a atteint l’âge pivot, sans préjudice, bien entendu, des autres sommes que Renault lui doit selon lui. 

Ghosn n’est pas un nouveau Dreyfus mais un nouveau Kerviel.

Pour écouter l'intégralité de cette chronique :

2 min

@PetitsMatinsFC