Paul Besson, Le Réveil Culturel, France-Culture - oct. 2019.
Paul Besson, Le Réveil Culturel, France-Culture - oct. 2019. ©Radio France - Corinne Amar
Paul Besson, Le Réveil Culturel, France-Culture - oct. 2019. ©Radio France - Corinne Amar
Paul Besson, Le Réveil Culturel, France-Culture - oct. 2019. ©Radio France - Corinne Amar
Publicité

Paul Besson vous parle de son premier roman, "Paris-Saint-Denis", et Olivier Dabène du retour des péronistes en Argentine. Les chroniques s'intéressent aux conséquences de la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi.

Avec

Le Réveil Culturel par Tewfik Hakem :

Tewfik Hakem s'entretient avec l'écrivain Paul Besson à l'occasion de la publication de son premier roman,   Paris-Saint-Denis, aux éditions JC Lattès.

Publicité

Pour écouter l'intégralité de cet entretien :

Le Journal des Idées par Jacques Munier :

L’élimination du calife autoproclamé de l’organisation Etat islamique signifie-t-elle la disparition de ses réseaux terroristes ?

Pour écouter l'intégralité de cette chronique :

5 min

Les Enjeux Internationaux par Julie Gacon :

Alberto Fernandez a remporté la présidentielle argentine dès le premier tour. A-t-il la même notion du péronisme que Christina Kirchner, sa colistière ? Quelle marge de manœuvre budgétaire a-t-il pour mener une politique économique et sociale de gauche ?

Julie Gacon s'entretient avec Olivier Dabène, professeur des Universités en science politique à Sciences-Po Paris, président de l'Observatoire politique de l'Amérique latine et des Caraïbes.

Pour écouter l'intégralité de cet entretien :

10 min

L'Humeur du matin par Guillaume Erner :

Donald Trump a annoncé la mort d’Abou Bakr al-Baghdadi…

Oui, moi j’aimerais que l’on reste prudent. Prudent d’abord parce que l’on n’est pas à l’ abri de se ridiculiser à nouveau comme avec Xavier Dupont de Ligonnès. Imaginez si ça n’était pas Baghdadi mais un sympathique retraité de la région de Bassora, quelqu’un qui se promenait paisiblement pour aller rejoindre sa femme, et dont les empreintes digitales présentaient des simili-ratés avec celles de Mr Baghdadi.  Il faut être prudent au sujet de ce décès. Donald Trump ne l’a pas été, Donald Trump est tellement clivant que même en étant contre Baghdadi il a suscité des critiques… C’est ainsi que Donald Trump a expliqué que Baghdadi était mort comme un chien, suscitant de nombreuses remarques acerbes de la part des amoureux des animaux.

Pour écouter l'intégralité de cette chronique :

2 min

@PetitsMatinsFC