Mathias Duplessy and The Violins of The World - Thibault de Puyfontaine
Mathias Duplessy and The Violins of The World - Thibault de Puyfontaine
Mathias Duplessy and The Violins of The World - Thibault de Puyfontaine
Publicité
Résumé

Mathias Duplessy vous parle de son album "Brothers of The String", et Marion Di Meo de la contestation au Chili. Les chroniques s'intéressent à la théologie musulmane et au populisme sanitaire.

avec :

Marion Di Meo (Docteure en Sciences Politiques, spécialiste du Chili), Mathias Duplessy.

En savoir plus

Le Réveil Culturel par Tewfik Hakem :

Tewfik Hakem s'entretient avec le compositeur chanteur et guitariste du groupe, Mathias Duplessy and The Violins of The World - Mathias Duplessy - à l'occasion de la sortie de Brothers of The String. Avec ce troisième album, les Violons du monde de Mathias Duplessy  nous emmènent dans un périple musical dans l'ailleurs. Un quatuor dont trois instruments à cordes  - la vièle - issus des cultures chinoise, mongole et suédoise. Et nous offre des reprises de Brothers In Arms de Dire Straits ou The Good, the Bad, the Ugly, du tout aussi mémorable Sergio Morricone.

Publicité

Pour écouter l'intégralité de cet entretien :

27 min

Le Journal des Idées par Jacques Munier :

Le groupe de travail des élus LREM sur le «  séparatisme islamique  » propose la création d’un « centre de formation indépendant de type école nationale de théologie musulmane ».

Pour écouter l'intégralité de cette chronique :

En savoir plus : Notre islam
5 min

Les Enjeux Internationaux par Julie Gacon :

Après un relatif calme de quelques semaines, le mouvement de contestation démarré en octobre semble se réveiller. Le pays se prépare à voter, le 26 avril, pour ou contre nouvelle Constitution. Le texte actuel est directement hérité des années Pinochet. 

Julie Gacon s'entretient avec Marion Di Meo, docteure en Sciences Politiques, spécialiste du Chili.

Pour écouter l'intégralité de cet entretien :

10 min

L'Humeur du matin par Guillaume Erner :

A chaque jour sa nouvelle pathologie. Là, c’est une pathologie lexicale, pas forcément les moins graves, puisque « mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde » selon la citation archi usée et peut être apocryphe du camarade Camus.

Donc là nous devons faire face à une irruption de populisme sanitaire, et c’est très grave. Le populisme sanitaire, selon ses détracteurs, c’est l’idée fausse que l’on pourrait se protéger du coronavirus en réintroduisant des frontières, du protectionnisme, bref on garde nos virus français et on refuse les microbes étrangers.

Pour écouter l'intégralité de cette chronique :

2 min

@PetitsMatinsFC