France Culture
France Culture
Publicité
Résumé

Où il sera question de sommeil médiéval, de conversations avec Saint Augustin, de surdité enfantine dans le cinéma, de femmes syriennes, d'Internet dans le monde arabe, de science des rêves et de faux Prouvé.

En savoir plus

C'est une plongée dans le sommeil médiéval. Pas de rêves ni de cauchemars, mais des songes. Des songes d'hommes marqués par l'empreinte du christianisme. Des conversations avec la Vierge, Saint Augustin, et beaucoup de tentations du démon.

Vagabondages, errances, soufflés par des puissances invisibles. Étourdissements qui déjà des siècles en arrière, se devaient d’être interprétés, pour mieux se comprendre soi-même, et à travers la recherche de signes prémonitoires, savoir ce que l'avenir nous réserve et non pas comment le passé nous a tourmenté. Des subjectivités oniriques rationalisées par la prise de distance de l'écrit. Une transformation de l'imaginaire en un réel manuscrit.

Publicité

« J’entrepris de chanter ce psaume jusqu'à la fin, bien qu’il soit très long. Puis, comme un si long poème, semblait plaire non seulement aux anges et aux hommes qui formaient avec moi, sur la droite un groupe séparé, mais aussi a Notre- Seigneur, à chaque fois que quelque murmure se faisait entendre pendant ce temps, l’ange qui se tenait près de l’autel fit un doux signe de la main pour amener le silence : ≪Taisez-vous, disait-il, parce que Notre-Seigneur prend grand plaisir à entendre ce poème-là.≫. Mais il fut impossible d’empêcher, que la majorité des hommes de bien, ne supplient à grands cris qu’on me laissât achever ce que j’avais commencé et qu’au contraire un grand nombre de méchants ne disent aussi que je cédais a l’orgueil en ne faisant que pousser des cris. […] Cependant je ne tirai pas une mince confiance du fait que plus je mettais d’efforts à chanter, plus le Seigneur paraissait pleurer, comme s’il avait pitié de mes efforts. »

Ce cauchemar sous forme de scène de jugement, décrit par Otloh de Saint-Emmeran, un moine du XIème siècle, est l'extrait d'un corpus de rêves. Un trésor déterré, traduit et présenté par Gisèle Besson et Jean-Claude Schmitt, dans l'ouvrage Rêver de soi. Les songes autobiographiques au Moyen Age. Un recueil d’une trentaine de rêves racontés à la première personne entre le IIIème et le XVIème siècle, par des moines, des clercs, des religieuses, des marchands. Des songes qui avant d'être individualisés par la psychanalyse et la neurobiologie, étaient l'expérience d'une "communauté qui cherchait le sens collectif du rêve d’un seul et en attendait les conséquences pour tous".

JUKEBOX

Philippe Katerine - "Où je vais la nuit" - 8è ciel

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Emilie Chaudet
Production