Sinziana Ravini "La diagonale du désir" / Arménie, « vieille nation d’un jeune Etat » / Corée du Nord et Corée du Sud : bilan d'une rencontre historique

Sinziana Ravini
Sinziana Ravini - © Philippe Matsas
Sinziana Ravini - © Philippe Matsas
Sinziana Ravini - © Philippe Matsas
Publicité

Sinziana Ravini vous parle de son roman "La diagonale du désir", et Antoine Bondaz du bilan du premier sommet intercoréen. Le Journal des idées s'intéresse à l'Arménie.

Avec
  • Sinziana Ravini critique d'art, éditrice, chargée de cours en esthétique, commissaire d'exposition et écrivaine
  • Antoine Bondaz Chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique, enseignant à Sciences Po

@PetitsMatinsFC

Le Réveil Culturel : Tewfik Hakem s'entretient avec Sinziana Ravini, critique d'art, éditrice, chargée de cours en esthétique, commissaire d'exposition et écrivaine, pour son premier roman La diagonale du désir, aux éditions Stock, un premier roman initiatique en forme de jeu de piste pour raconter l’intime, et pour évoquer son propre parcours, inventant un double qui explore le désir, un personnage pudique et au cœur chaste menant une vie libertine...

Publicité

Je crois que toute écriture, qu’elle soit romanesque ou réelle, crée une division du moi. On n’est jamais égal à soi-même. Dans le roman il y a une quête de vérité mais aussi une volonté de porter des masques, de voiler le réel et jouer avec cette ligne de démarcation entre fait et fiction.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Le Journal des Idées par Jacques Munier : Arménie, « vieille nation d’un jeune Etat ». Convoqué en session extraordinaire, le Parlement arménien doit élire demain le nouveau premier ministre suite à la démission de Serge Sarkissian sous la pression de la rue.

L’ancien premier ministre, après deux mandats comme président, avait été élu par le parlement, où son parti est majoritaire, conformément à la nouvelle constitution adoptée en 2015 qui lui conférait tous les pouvoirs. Le Monde consacre sa double page Débats & analyses à la situation en Arménie. Pour Gaïdz Minassian, cette « révolution de velours » marque la sortie du pays de l’ère post-soviétique. La contestation « est portée depuis le début des manifestations, le 13 avril, par une jeune génération qui n'a jamais connu le communisme. Cette jeunesse, incarnée par son leadeur, le député Nikol Pachinian, veut rompre avec les pratiques claniques et népotiques du pouvoir, stopper le pillage des ressources du pays aux mains de quelques puissantes familles d'oligarques et assainir l'appareil d'Etat de toute corruption endémique. » Dans cette vieille nation d’un jeune Etat – la première République d'Arménie est fondée le 28 mai 1918 – les manifestants ont voulu mettre fin au système de l’État-parti « où le régime se confondait avec l'Etat, Serge Sarkissian, toujours président du Parti républicain d'Arménie (HHK), affilié au Parti populaire européen (PPE) » ayant maintenu cet héritage de l’ère soviétique. C’est donc dans l’esprit d’« une démarche de protection de l'Etat contre le régime » que les rassemblements populaires, « solidaires, joyeux » et pacifiques, ont appelé à tourner la page de « dix ans d'autoritarisme et d'intimidations à l'adresse d'un peuple vivant dans la peur et la pauvreté ».

Les Enjeux Internationaux par Mélanie Chalandon : Corée du Nord et Corée du Sud : bilan d'une rencontre historique. La paix et la dénucléarisation de la péninsule, ce sont les promesses, en tous cas les intentions, proclamées à l’issu du sommet intercoréens le vendredi 27 avril 2018. Beaucoup de symboles mais quelle application concrète ?

Mélanie Chalandon s'entretient avec Antoine Bondaz, chargé de recherche à la FRS et enseignant à Sciences Po Paris, spécialiste des questions de sécurité liées à la Chine et aux deux Corée.

Cultures Monde
58 min
Revue de presse internationale
5 min
Les Enjeux internationaux
11 min

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

@PetitsMatinsFC

L'équipe