Trine Dyrholm dans "Nico" de Susanna Nicchiarelli
Trine Dyrholm dans "Nico" de Susanna Nicchiarelli - Kinovista / New Story
Trine Dyrholm dans "Nico" de Susanna Nicchiarelli - Kinovista / New Story
Trine Dyrholm dans "Nico" de Susanna Nicchiarelli - Kinovista / New Story
Publicité

Susanna Nicchiarelli vous parle de son film "Nico, 1988", et Ziad Majed des choix de la Russie après les frappes occidentales en Syrie. Les chroniques s'intéressent aux services publics et à la valeur historique de Notre-Dame-des-Landes.

Avec
  • Susanna Nicchiarelli réalisatrice
  • Ziad Majed chercheur et politiste franco-libanais, professeur à l'Université américaine de Paris

@PetitsMatinsFC

Le Réveil Culturel : Tewfik Hakem s'entretient avec Susanna Nicchiarelli, réalisatrice de Nico, 1988, en salles le 18 avril 2018, un film sur la chanteuse Nico, un portrait de femme qui se concentre sur ses dernières années, celles de la liberté et de la création, au-delà de l'image d'icône dont elle se délivra.

Publicité

Aujourd’hui encore, quand on évoque la chanteuse Nico, on pense au Velvet Underground, à Andy Warhol, à la Factory… Mais cette artiste n’était pas seulement la muse du maître du pop-art ou la belle chanteuse d’un groupe culte, elle a eu une vie d’artiste solo, une vie de femme, une vie de mère. Le film Nico, 1988 nous raconte l’autre Nico, Christa Päffgen, dans un road-movie musical dédié aux deux dernières années de l’artiste, sa dernière tournée, ses derniers combats.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

En 1995, Susanne Ofteringer réalise le film documentaire biographique Nico Icon, avec les témoignages de quelques proches de « l'icône » et d'artistes underground ayant collaboré avec elle :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Une vie, une oeuvre
59 min

Le Journal des Idées par Jacques Munier : Justice, santé, enseignement, SNCF, énergie... les mouvements sociaux affichent un dénominateur commun : la défense du service public.

Le service public, c’est « notre écosystème républicain »… La formule est de Jean Garrigues dans l’entretien accordé à Éric Fottorino et Laurent Greilsamer, qui paraît aujourd’hui dans l’hebdomadaire Le 1. « Le service public reste un point qu’on ne peut toucher dans l’édifice social français. C’est devenu l’un des socles de la citoyenneté républicaine » – souligne l’historien. 

Ce socle s’est d’abord forgé au début de la IIIe  République autour des grandes lois concernant les libertés élémentaires, puis l’enseignement. La deuxième strate s’est construite progressivement entre la fin de la guerre de 14-18 et la Libération, renforçant l’idée d’une indissociabilité entre la République et le service public identifié comme une spécificité française.

Ce qui n’exclue pas qu’on puisse en « questionner la rentabilité ». Mais il semble bien que son démantèlement progressif depuis des années – PTT, France Telecom, EDF, gestion de l’eau, autoroutes… – soit vécu comme une dégradation continue. Jean Garrigues ajoute que « pour la SNCF, tous ses dirigeants de 1944 à la fin des années 1950 ont fait l’expérience de la Résistance. Ce n’est pas un hasard ». 

Hashtag
5 min
Entendez-vous l'éco ?
59 min
Politique !
30 min
Pas la peine de crier
59 min

Les Enjeux Internationaux par Xavier Martinet : Après 4 jours d’attente pour des raisons de « sécurité », les inspecteurs de l’OIAC sont entrés hier dans la ville de Douma. Ils devront prouver la réalité de l’attaque du 7 avril mais ne pourront établir de responsabilité. 

Russie, Turquie et Iran allié de Damas vont continuer à « travailler  ensemble » : les frappes occidentales ont-elles vraiment modifié le rapport de force tactique ou politique ? Frappes occidentales en Syrie : l’heure des choix pour la Russie ? 

Xavier Martinet s'entretient avec Ziad Majed, politologue, professeur des Etudes du Moyen-Orient à l’Université américaine de Paris, coordinateur du Réseau arabe pour la démocratie.

L'Humeur du matin par Guillaume Erner

@PetitsMatinsFC

L'équipe