Publicité
Résumé

Où il sera question d'un retour, de paysages qui défilent, d'une histoire qui interrogent, d'une icône immortelle, de défis mortels, de populisme carcérale, de combats contre les discriminations en Californie et... de Kim Kardashian.

En savoir plus

Ce sont des images lointaines avec un filtre, un voile, une vitre. Le regard s’intensifie, les yeux se plissent et c’est comme si le silence pouvait peut-être nous aider à mieux voir. Etre complètement seul avec ces images pour mieux les arrêter, et s’y faire une place. Ce sont des photos d’une jeunesse qui aurait pu être la sienne. Des photos d’un passé qu’il n’a pas connu et qu’il essaye d’arracher au paysage. Bruno Boudjelal est revenu il y a 20 ans en Algérie pour tenter de se réapproprier ses racines. Faire connaissance avec son histoire. Et il y est retourné, ces dernières années. Avec tout le mouvement que le voyage suppose, tout le mouvement propre a ce qu’a traversé ce pays ces dernières années. Des images comme prise en courant, ou en roulant. Il y a un couple sur une plage déserte. Elle porte une lourde robe de mariée, bouquet à la main. A côté d’elle un homme en noir, de dos. On voit de loin, la forme du visage de cette femme, qui prend la lumière du jour, toute la lumière. Et ne laisse place à rien d’autre. Il y a un autre visage d’homme, à l’expression lointaine, perdu dans une immensité verte/ avec du flare qui laisse deviner qu’entre l’œil et ce paysage une vitre fait frontière. Séparation. Distance. Puis un autre visage, en noir et blanc, que l’on peut voir cette fois, plus nettement. Un visage de jeune fille, derrière une fenêtre, voilage à motifs. Un visage aux yeux fixes et mélancoliques. Et ce regard qui se laisse aller. Comme derrière une vitre qui voyage et qui laisse derrière elle défiler un paysage. « On ne sait par quel subtil décalage mais le voyage de la France vers l’Algérie est un voyage impossible, la perspective est faussée. Le regard sera toujours plus opaque. Il faut changer radicalement d’échelle, ne plus poser de questions à la photographie... » ce sont ici les mots de François Cheval qui accompagnent ces photos, de Bruno Boudjelal dans le livre Algérie, clos comme on ferme un livre ? Photos que l’on peut voir dès ce soir à la Filature de Mulhouse. Les voir défiler, et laisser les yeux se fermer sur soi-même, laisser le voyage avancer, continuer sa trajectoire à l’intérieur, laisser les visages sans sourires, et sans mots y prendre leur place.

JUKEBOX

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Divided States of America, de Brutha Mac et Jay Jamerson. Etats Désunis d’Amérique qui se rappelle à l’actualité à plus d’un titre surtout depuis la campagne présidentielle américaine, et l’élection du nouveau président. Et puis là aussi en ce début d’année 2017, où le magazine américain the Advocate, spécialisée dans les questions LGBT, nous apprend qu’un amendement entré en vigueur le 1er janvier dernier, en Californie, interdit les voyages d’affaires, ou tout autre voyage financé, vers les Etats de la Caroline du Nord, de Mississipi, du Kansas et du Tenessee. Cet amendement établit que la Californie doit prendre des mesures pour ne pas soutenir ou cautionner des Etats ou des organismes qui pratiqueraient la discriminations envers les homosexuels, les bi et transsexuels. Libération.fr qui relaie également l’information de The advocate précise par là que c’est par exemple en caroline du nord que les personnes transgenres sont interdites d’accès aux toilettes publiques. Ainsi les voyages d’affaires ne seront plus financés par la Californie, et Ewan Low a précisé dans les lignes de the Advocate que "les contribuables californiens ne financeront plus la haine et l’intolérance". Et que si d’autres Etats votent des lois similaires, l’amendement californien s’y étendra.

Publicité
Références

L'équipe

Emilie Chaudet
Emilie Chaudet
Emilie Chaudet
Production