Une famille naturiste. ©Getty - Lynn Pelham/The LIFE Images Collection
Une famille naturiste. ©Getty - Lynn Pelham/The LIFE Images Collection
Une famille naturiste. ©Getty - Lynn Pelham/The LIFE Images Collection
Publicité
Résumé

Benoît s'est vu imposer le naturisme par son père, un fervent militant de ce mode de vie. Peter, lui, s’est baigné nu dans une rivière d’Ardèche et a été poursuivi pour exhibition sexuelle. Enfin, Christophe, naturiste et fonctionnaire de police, a vu trois plaintes déposées contre lui.

En savoir plus

La nudité nous serait venue d'Ève et d'Adam qui, après avoir mangé le fruit défendu, prirent conscience qu'ils étaient nus. Plus rien ne sera jamais pareil. La nudité sera alors associée à la honte, condamnée, interdite. La loi peut la réprimer, l'assimilant à de l'exhibitionnisme, c'est-à-dire au fait d'afficher sans retenue ce qui devrait être caché. La nudité dérange et devient ainsi une arme de provocation, un moyen de revendication, de subversion.

5 min

"Je vis nu chez moi"

Le fait d'être nu chez soi n'est, en soi, pas un délit. Mais il suffit que quelqu'un en soit le témoin pour que cela se transforme en "attentat à la pudeur ". Christophe a 52 ans. Fonctionnaire de police et bientôt à la retraite, il est tombé dans le naturisme un peu par hasard, il y a quelques temps déjà. En 2017, il connait le début des ennuis. Ses voisins appellent la police et portent plainte car il est nu sur son balcon.

Publicité

Après une enquête, il est convoqué au tribunal et condamné à trois mois de prison. Étant fonctionnaire de police, il écope aussi d'une sanction administrative, d'une mise à pied pendant trois mois pour manque d'exemplarité, sans salaire.

"Ils m'ont dit : "Votre façon de vivre ne nous intéresse pas, ce que vous avez fait c'est de l'exhibitionnisme"." Christophe

Le fonctionnaire de police perd pied, il se sent inutile et tombe dans la dépression. Heureusement, les spécialistes qui le suivent lui permettent d'apercevoir le bout du tunnel. Lorsqu'il se sent prêt à retourner au travail, il ne s'attend pas à une autre douche froide…

"Quand j'ai repris le travail, ça a été encore plus dur. Les collègues n'ont pas été tendres avec moi. Ils ont mis des distances vis-à-vis de moi, les femmes me regardaient différemment. J'étais devenu le gros pervers." Christophe

Alors que son moral est au plus bas, il est contrôlé au volant de sa voiture et ne porte qu'un manteau. Il est à nouveau condamné pour exhibitionnisme. Le policier reprend ses fonctions sous les moqueries et les regards lourds de sens de ses collègues. Pour ne pas trop ébruiter l'affaire, on lui demande de déménager plus loin. Il trouve alors dans une petite maison avec un jardin… Et tombe de Charybde en Scylla.

"Ma voisine m'a vu me promener nu chez moi. Elle a dit que j'étais dans le jardin mais en plein mois de février, j'étais à l'intérieur !" Christophe

Le fait d'être fonctionnaire de police est une circonstance aggravante : il est condamné pour sa nudité à trois reprises en tout. Aujourd'hui, il a hâte de voir arriver la retraite, pour vivre en paix et nu.

"Je me suis senti traité comme un délinquant sexuel grave"

Peter a 67 ans et cela fait une vingtaine d'années qu'il a quitté l'Allemagne pour s'installer en France. Son histoire débute lors de vacances dans le Gard avec sa femme et ses enfants, au bord de l'eau pendant un beau jour du mois de juillet.

"On a choisi un endroit magnifique, isolé, paradisiaque et on s'est baignés dans le plus simple appareil." Peter

Alors qu'ils sont au milieu de la rivière, des cris venus de l'autre rive les interpellent. Non loin de là, un couple est dérangé par la nudité des baigneurs. Les gendarmes arrivent sur place. Après une discussion au cours de laquelle Peter se rhabille, l'affaire semble classée… Mais, trois mois plus tard, Peter est convoqué à la gendarmerie. "J'ai supposé que c'était le couple d'en face qui avait porté plainte." Persuadé qu'il n'a rien à craindre, que l'affaire sera classée en deux temps, trois mouvements, le sexagénaire se rend au tribunal. C'est alors qu'il découvre que personne n'a porté plainte et que le procureur a décidé lui-même de poursuivre cette affaire.

"Il m'a été reproché d'imposer ma nudité et ma sexualité au public, donc j'ai donné à voir une carte satellite de l'endroit, où on voit aussi la distance entre les deux rives." Peter

Peter ne se démonte pas : au procès, il fait des calculs pour montrer la surface occupée par son sexe dans le champ de vision d'un individu qui se tiendrait sur l'autre rive. Condamné à 600 euros d'amende, il se dit prêt à poursuivre son combat jusqu'à la Cour européenne des droits de l'homme…

Nudité imposée

Benoit, lui, n'est pas un fervent défenseur du droit de vivre nu. C'est un jeune étudiant de vingt-cinq ans qui vit encore chez ses parents. Il a été habitué à la nudité dès son plus jeune âge, son père étant naturiste convaincu : il créé une association pour défendre le droit d'être nu en dehors des campings naturistes dédiés, et fait des apparitions dans les médias, notamment nu à la télévision, sur plusieurs plateaux télé. Et bien sûr, il vit nu à la maison. "Il y a un coté burlesque, il ne va pas porter de pantalon, ni de slip, mais il va porter un t-shirt. Je m'y suis fait." Benoit vit avec la nudité de son père, qui n'est pas sans impact sur sa propre vie - amoureuse notamment. Lorsqu'il décide de présenter sa petite amie à ses parents, la rencontre est délicate :

"Le repas l'a profondément choquée. Quand mon père se met nu, il ne cherche pas du tout à se cacher, il écarte les jambes, etc. Même moi qui suis habitué, je ne trouve déjà pas ça ragoutant, alors imaginez une personne qui n'a jamais été confrontée à ça." Benoit

La petite amie de Benoit refuse d'aller le voir chez ses parents, elle ne supporte plus la présence du père, son mode de vie. La nudité du père a raison de la relation du fils.

Malgré cela, le jeune homme ne jette pas la pierre au naturisme, il comprend le mode de vie de son père, bien qu'il ne le partage pas ses convictions.

"Avant, j'ai pu être gêné. Parce qu'il y avait une forme de honte coupable de vouloir le cacher, alors que dans le fond je n'y suis pour rien, je ne suis pas militant de sa cause." Benoit

À lire aussi : Accepter son corps
28 min

Merci à Benoit, Christophe et Peter Misch, ainsi qu'à l’Association pour la Promotion du Naturisme En Liberté.

Première diffusion : 27/04/2021

  • Reportage : Alain Lewkowicz
  • Réalisation : Anne-Laure Chanel, Clémence Gross
  • Mixage : Régis Nicolas

Musique de fin : "We talked through till dawn" par The Apartments

Références

L'équipe

Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Production
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Coordination
Alain Lewkowicz
Production déléguée
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Clémence Gross
Réalisation
Jeanne Coppey
Collaboration
Justine Callé
Stagiaire