Des religieuses péruviennes en pèlerinage à Lourdes regardent la dernière éclipse du soleil du millénaire sur le continent européen, le 11 août 1999. ©AFP - LIONEL BONAVENTURE
Des religieuses péruviennes en pèlerinage à Lourdes regardent la dernière éclipse du soleil du millénaire sur le continent européen, le 11 août 1999. ©AFP - LIONEL BONAVENTURE
Des religieuses péruviennes en pèlerinage à Lourdes regardent la dernière éclipse du soleil du millénaire sur le continent européen, le 11 août 1999. ©AFP - LIONEL BONAVENTURE
Publicité
Résumé

Véronique a été expulsée du couvent au bout de ses neuf mois de postulat. Marie s’en est enfuie au bout de sept ans. De gré ou de force, Marie et Véronique ont quitté le couvent. Elles racontent.

En savoir plus

“Ils m’ont pris sept ans de ma jeunesse”

Après avoir passé avec brio le concours d’infirmière, Marie entre dans les ordres à ses vingt ans. Elle fait vœu de pauvreté, des demandes de pardon trois fois par jour, puis prononce ses vœux perpétuels. “J’étais en quête d’absolu : j’ai tout donné à Dieu.” Jusqu’au jour où elle ne peut plus supporter cette vie.

On nous obligeait à demander pardon trois fois par semaine, sinon on était suspectées de ne pas être ouvertes au Saint-Esprit. On était très surveillées.Marie

Publicité

Seulement, son désir de partir n’est pas vu d’un bon œil par sa communauté.

On m’a enfermée à clef dans une cellule, et on m’a dit de faire mon chapelet pour me calmer. Ils ont enlevé tous les draps pour ne pas que je sorte par la fenêtre !” Marie

Marie fait mine d’avoir changé d’avis et de vouloir rester. En secret, avec d’autres sœurs dans la même cas qu’elle et la complicité de quelques paroissiens, elle fomente un projet d’évasion. Cependant, le retour dans le monde laïc est plus difficile que prévu…

On avait peur de sortir parce qu’on avait vécu sept ans enfermées. On avait peur qu’ils nous retrouvent.” Marie

À lire aussi : J'ai été séquestré
28 min

“Le sol s’est effondré sous mes pieds : c’était mon projet de vie”

Véronique est âgée de seize ans et demi quand l’idée d’entrer dans les ordres lui passe par la tête pour la première fois, lors d’un pèlerinage à Lourdes. Une dizaine d’années plus tard, alors qu’elle est fiancée, elle prend une décision capitale.

A partir du moment où mon désir de vie religieuse a pris toute la place dans mon cœur, j’ai compris qu’il n’était pas compatible avec ma relation de couple.Véronique

Elle laisse tout derrière elle, et rejoint une communauté où elle devient postulante. Là-bas, elle découvre un mode de vie très différent.

On vivait au fin fond d’une forêt, on dormait sur des planches sans matelas, sans chauffage, sans douche. Ma bouteille d’eau gelait la nuit. J’ai eu très froid !" Véronique

Malgré le manque de confort, Véronique aime cette vie de prière et s’entend bien avec les autres sœurs. Au bout de neuf mois, elle envisage donc de prendre le voile et de devenir novice. Mais la décision ne lui appartient pas.Il y avait toujours quelqu’un qui décidait pour nous ce qui convenait ou pas.” Et la sœur référente de Véronique est f: la jeune formelle : la jeune femme n’est pas faite pour la vie religieuse, mais pour le mariage.

Quand j’ai dit que j’avais déjà envisagé de me marier, mais que je voulais rester au couvent, la religieuse m’a répondu que je n’étais probablement jamais tombée amoureuse.Véronique

Mise à la porte, Véronique se sent abandonnée et peine à s’intégrer dans le “monde normal” qui lui est devenu totalement étranger.

La sortie du couvent a été le jour le plus triste de ma vie. J’ai senti un grand vide s’installer. Les choses du monde me passaient décalées, dérisoires. On m’obligeait à refaire des choses qui n’avaient plus de sens pour moi et qui ne m’apportaient rien. Mes proches étaient contents que je revienne dans la vraie vie. Mais pour moi, la vraie vie venait de m’exclure.Véronique

À lire aussi : L'Eglise et moi
27 min

Merci à Véronique, Marie, Manon Quérout et Mourad Brihi.

Première diffusion : 5/5/2016.

  • Reportage : Emilie Chaudet
  • Réalisation : Delphine Lemer et Cécile Laffon

Des nouvelles :

Véronique est devenue psychothérapeute à Paris et a rencontré un homme complètement athée, mais qui semble comprendre sa foi.
Marie vit avec son mari et ses trois enfants et enseigne au lycée en filière médico-sociale (STMS).

Chanson de fin : "Because" par The Beatles

Références

L'équipe

Cécile Laffon
Réalisation
Jeanne Coppey
Collaboration
Emilie Chaudet
Production déléguée
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Coordination
Delphine Lemer
Réalisation
Justine Callé
Stagiaire