Publicité
Résumé

Premier volet : dans les terres du Centre-Bretagne, portrait de Coat-Maël et de ses environs, à travers ses paysans, éleveurs de poules et de vaches.

avec :

Inès Léraud.

En savoir plus

Le Journal Breton est un travail de plusieurs années pour comprendre les mécanismes et les enjeux de la production agroalimentaire en Bretagne. Tout commence dans la commune rurale de Maël-Pestivien, dans les Côtes-d'Armor.  

vache bretonne
vache bretonne
- Dimitri Burdzelia

Le voisin d'Inès Léraud est agriculteur, il a repris l'exploitation familiale et élève des poules, qu'il revend ensuite à des chaînes comme Mc Donald. 

Publicité

On vend nos poulets vifs à 900 ou 1000 euros la tonne. On met 20 poulets par m2, on a 72 000 poules en tout. 

A Coat-Maël, les agriculteurs se méfient des journalistes. Et pour cause, ils sont vivement critiqués pour les conditions d'élevage de leur bêtes. Or, sur place, l'agriculture est le gagne pain des habitants.

Jeanine a tenu des poulaillers toute sa vie avec son mari, aujourd'hui son fils a repris l'exploitation. 

On a commencé par du poulet de chaire, des poulets qu'on chaponnait. Les coqs, on leur faisait une piqûre dans le ventre, pour les chaponner. C'est à dire qu'ils perdaient leur sexe, leur la crête tombait, ils grossissaient, ils mangeaient et mangeaient.  

Ils ont agrandi leur exploitation au fur et à mesure, de 30m2 à 60m2 jusqu'à la construction des grands hangars à cages. Il y a 200 000 poules pondeuses dans leur exploitation.

On n'a pas d'amour pour les poules. Vous avez 200 000 poules, vous n'allez pas aimer 100 000 poules ou même 10 000 poules. 

Poulailler industriel.
Poulailler industriel.
- Dimitri Burdzelia

L'élevage intensif des poules pondeuses est décrié par les associations de protection des animaux. Les bêtes sont entassées sur des plateformes grillagées, il n'y a pas de fenêtres, les animaux ne connaissent que cela. La majorité du processus est automatisé, distribution de nourriture, d'eau et nettoyage. 

Maël-Pestivien est une commune rurale d'environ 400 habitants, rien que dans le bourg, quatre habitations et un commerce sont à vendre. Inès Léraud tente de comprendre ce qui a provoqué la transformation de ce village et de l'agriculture. 

Entre ici et le bourg, il y avait douze ou treize fermes, cinq ou six épiceries et deux bouchers-charcutiers. Des cafés, il y en a eu douze ou treize, deux tailleurs qui marchaient bien et deux marchands de tissus. Je traverse le bourg aujourd'hui et je ne vois personne. 

En quelques décennies, le village a complètement changé : les exploitations agricoles se sont industrialisées, les élevages sont devenus intensifs et le nombre d'habitants a chuté. Avant la transformation mécanique et industrielle, il n'y avait pas de tracteurs, seulement de la main d'oeuvre et des chevaux.  

Michel, de son côté, connait un renouveau depuis qu'il a abandonné son exploitation de vaches laitières pour un élevage de 60 vaches limousines, des vaches de race à viande. 

C'est pour faire des petits veaux. Ce sont des moules à veaux, si vous voulez. A sept ou huit mois, le petit sera vendu soit pour faire des mères, soit si c'est un mâle, ce sera pour faire de la viande.

route bretonne sous le brouillard
route bretonne sous le brouillard
- Dimitri Burdzelia

A 57 ans, Michel commence à penser à la retraite et à la transmission de son exploitation. N'ayant pas d'enfants, il a trouvé un jeune de la commune qui prendra sa suite, Erwan. 

Vous pouvez écouter tous les épisodes du Journal Breton d'Inès Léraud en podcast et sur le site de France Culture : 

Journal Breton saison 1 

Journal Breton saison 2 

Reportage : Inès Léraud

Réalisation : Emmanuel Geoffroy

Chanson de fin : "An arlac'h" par Gilles Servat - Album : "La blanche hermine".

Références

L'équipe

Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Production
Charlotte Bienaimé
Charlotte Bienaimé
Charlotte Bienaimé
Production déléguée
Elise Andrieu
Production déléguée
Emilie Chaudet
Emilie Chaudet
Emilie Chaudet
Production déléguée
Emmanuel Geoffroy
Réalisation
Jérôme Sandlarz
Jérôme Sandlarz
Jérôme Sandlarz
Production déléguée
Eric Lancien
Réalisation
Bahar Makooi
Production déléguée
Ilana Navaro
Production déléguée
Leila Djitli
Production déléguée
Marie Plaçais
Réalisation
Olivier Minot
Production déléguée
Rémi Dybowski Douat
Production déléguée
Sandrine Chapron
Collaboration
Peire Legras
Réalisation
Sophie Knapp
Production déléguée
Inès Léraud
Production déléguée
Delphine Saltel
Production déléguée
Delphine Lemer
Réalisation
Delphine Dhilly
Production déléguée
Stéphanie Thomas
Production déléguée
Amaury Chardeau
Production déléguée