Malaise à l'hôpital ©Radio France - Rose Vidal
Malaise à l'hôpital ©Radio France - Rose Vidal
Malaise à l'hôpital ©Radio France - Rose Vidal
Publicité
Résumé

Des professeurs de médecine et médecins chefs de service dénoncent les effets des restrictions budgétaires sur l'hôpital public.

En savoir plus

Les derniers mois ont été marqués, parfois de manière spectaculaire, par les démissions de médecins dans les hôpitaux publics. À Saint-Brieuc, près de cent-vingt médecins et chefs de service démissionnaient en octobre dernier pour dénoncer les décisions prises par leur direction. À Caen, le chef du service gynécologie faisait de même pour protester contre les dérives financières de l’établissement. Les exemples se multiplient : à Amiens, à Clermont-Ferrand, à Nantes ou encore à Paris. 

 « On entassait les patients dans une cave. »  

Parmi les critiques avancées par les médecins figure celle selon laquelle les restrictions budgétaires dans les hôpitaux publics ne permettent plus d’assurer la sécurité des patients. C’est en tout cas ce qu’a constaté Philippe. Il a travaillé comme médecin réanimateur dans un hôpital public pendant huit ans.  

Publicité

Les locaux du service de réanimation sont alors en sous-sol, avec quatre lits par chambre au lieu d’un. Puisque la salle est sans-fenêtre, les patients passent parfois plusieurs semaines sans voir la lumière du jour. 

On a eu un décès dans une chambre à quatre lits. On ne pouvait pas enlever le corps immédiatement.

Philippe raconte l’événement qui a agi comme un déclic. Et comment il a commencé à donner l’alerte. Il suit alors la procédure habituelle et remplit des « fiches de signalement d’événements indésirables », environ soixante en huit mois. Il est invité à présenter les problèmes rencontrés en Commission Qualité.

La présentation avait lieu juste avant l’été. Tout le monde est parti en vacances et a oublié. 

Quelques mois plus tard, Philippe a reçu une lettre de non-reconduction de contrat et n’a jamais obtenu d’explications, malgré ses demandes. 

 « La vision comptable est au centre de la gestion de l’hôpital »  

Le professeur Eric Rosenthal, aujourd’hui en arrêt maladie, a quant à lui refusé qu’on lui demande de faire le tri entre des patients « rentables » et ceux que l’on considère comme des « débris ». 

Un chef de pôle nous a dit : « si c’est un patient qui ne va pas rapporter, un débris ou un indigent, vous le renvoyez chez lui. »

Eric Rosenthal dénonce la loi T2A, la tarification à l’activité instaurée en 2004. Et qui, en résumé, encouragerait les hôpitaux à pratiquer certaines opérations qui « rapportent » et délaisser certains profils de patients, moins rentables.

Des traitements de chimiothérapie ont été refusés pour des patients au motif qu'ils étaient trop chers et que le patient ne valait pas la peine.

Eric Rosenthal raconte son mal-être, l’impression qu’on l’empêche de faire correctement son métier et comment, le 15 octobre dernier, il a décidé de « tout arrêter ». 

Je ne sais pas si j’aurai le courage de revenir à l’hôpital.

  • Reportage : Pascale Pascariello
  • Réalisation : Anne-Laure Chanel

Merci au professeur Eric Rosenthal, Philippe Halimi, Michel Canis et Philippe.

Chanson de fin : "Mouth Of Flames" par Great Lake Swimmers - Album : The Waves, the Wake - Label : Nettwerk Records.

Playlist à emporter

En cliquant sur "Ajouter à..." vous pourrez récupérer tout ou partie de la playlist de cette émission sur Spotify, Deezer ou Youtube.

Références

L'équipe

Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Production
Cécile Laffon
Réalisation
François Caunac
Réalisation
Jeanne Delecroix
Collaboration
Charlotte Bienaimé
Production déléguée
Elise Andrieu
Production déléguée
Emilie Chaudet
Production déléguée
Emmanuel Geoffroy
Réalisation
Ilana Navaro
Production déléguée
Martine Abat
Production déléguée
Elodie Maillot
Production déléguée
Pascale Pascariello
Production déléguée
Karine Le Loët
Production déléguée
Leila Djitli
Production déléguée
Olivier Minot
Production déléguée
Rémi Dybowski Douat
Production déléguée
Valérie Borst
Production déléguée
Pauline Maucort
Production déléguée
Clémence Gross
Réalisation
Fabienne Laumonier
Production déléguée
Sophie Knapp
Production déléguée
Yaël Mandelbaum
Réalisation
Adila Bennedjaï-Zou
Production déléguée
Inès Léraud
Production déléguée
Delphine Saltel
Production déléguée
Alice Babin
Production déléguée
Delphine Dhilly
Production déléguée
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Léa Minod
Production déléguée
Léa Veinstein
Production déléguée
Lucia Sanchez
Production déléguée
Stéphanie Thomas
Production déléguée
Clément Baudet
Production déléguée
Judith Chetrit
Production déléguée
Alain Lewkowicz
Production déléguée
Alice Milot
Production déléguée