Procédures collectives, par volontariat, licenciements individuels : Didier Bille a utilisé toutes les ressources à sa disposition pour se séparer des employés.
Procédures collectives, par volontariat, licenciements individuels : Didier Bille a utilisé toutes les ressources à sa disposition pour se séparer des employés.
Procédures collectives, par volontariat, licenciements individuels : Didier Bille a utilisé toutes les ressources à sa disposition pour se séparer des employés.	 ©Getty - FangXiaNuo
Procédures collectives, par volontariat, licenciements individuels : Didier Bille a utilisé toutes les ressources à sa disposition pour se séparer des employés. ©Getty - FangXiaNuo
Procédures collectives, par volontariat, licenciements individuels : Didier Bille a utilisé toutes les ressources à sa disposition pour se séparer des employés. ©Getty - FangXiaNuo
Publicité
Résumé

En vingt-cinq ans de carrière, Didier Bille a licencié plus de mille salariés au sein de grandes entreprises. Il raconte les pratiques des ressources humaines qui instaurent une "culture de la peur". Un récit sans honte ni tabou.

En savoir plus

Il parle de son travail avec le vocabulaire d’un tueur à gage. Il dit faire le travail comme ceux qui acceptent un contrat, tuent froidement, sans état d’âme mais dans les règles, propre, sans bavures. Il lui importe que ça se passe bien, une mise à mort sans souffrance, sans cri, ni débordement, sans faire de tâche, un coup sec, rapide, efficace. Il fait un sale boulot, il le sait, mais en le faisant comme ça, en le faisant au mieux qu’il peux, il pense qu’il limite les dégâts, la casse, qu’un autre ferait ça plus mal.

Ce que j’ai fait, j’ai pu le faire parce que la loi l’autorise, que les sanctions sont insignifiantes, parce que les syndicats ne s’opposent pas beaucoup, et que les salariés eux-mêmes ne se mobilisent pas pour se défendre les uns les autres.

Publicité

Pourtant, un beau jour, il a arrêté de faire le travail, il a décidé et il est parti, et apparemment rien de catastrophique ne s’en est suivi pour lui. Aujourd’hui il décide de raconter tout ce qu’il a fait par le menu et à qui veut l’entendre.

Chanson de fin : "Crazy", par Daniela Andrade - Album : "Crazy" (2014) - Label : Warner/Chappell Music.

  • Reportage : Leila Djitli
  • Réalisation : Clémence Gross
Références

L'équipe

Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Production
Cécile Laffon
Réalisation
François Caunac
Réalisation
Charlotte Bienaimé
Production déléguée
Elise Andrieu
Production déléguée
Emmanuel Geoffroy
Réalisation
Bahar Makooi
Production déléguée
Ilana Navaro
Production déléguée
Martine Abat
Production déléguée
Pascale Pascariello
Production déléguée
Leila Djitli
Production déléguée
Philippe Baudouin
Réalisation
Olivier Minot
Production déléguée
Rémi Dybowski Douat
Production déléguée
Sandrine Chapron
Collaboration
Valérie Borst
Production déléguée
Pauline Maucort
Production déléguée
Clémence Gross
Réalisation
Sophie Knapp
Production déléguée
Adila Bennedjaï-Zou
Production déléguée
Inès Léraud
Production déléguée
Delphine Saltel
Production déléguée
Delphine Dhilly
Production déléguée
Léa Minod
Production déléguée
Léa Veinstein
Production déléguée
Stéphanie Thomas
Production déléguée
Judith Chetrit
Production déléguée