Une enfance dans la nature
Une enfance dans la nature ©AFP - KINZIE RIEHM / IMAGE SOURCE
Une enfance dans la nature ©AFP - KINZIE RIEHM / IMAGE SOURCE
Une enfance dans la nature ©AFP - KINZIE RIEHM / IMAGE SOURCE
Publicité

Dans les années 1970, leurs parents ont choisi de mener une vie coupée du monde moderne, dans les montagnes ariégeoises. Quels regards portent sur leurs enfances sauvages les jeunes adultes que sont devenus Djalla, Rain et Sun ?

Les parents de Rain et de Sun se sont installés en Ariège, au début des années 1980, pour vivre l'utopie autonome. Ces deux anciens enfants sauvages racontent leur quotidien campagnard et coupé du reste du monde. Cela commence par une maison particulière, toujours ouverte sur l'extérieur. 

Les fenêtres de nos chambres n'avaient pas de vitrage. C'étaient des chambres, on n'avait pas besoin d'y avoir chaud... Sun

Publicité

Une fois, je me réveille le matin et j'ai chaud. Je suis bien. Qu'est-ce qui se passe? En fait, il avait neigé toute la nuit et la neige était rentrée par la fenêtre et avait couvert mon duvet. Grâce à ça, j'avais encore plus chaud ! Rain 

En savoir plus : Qu'est-ce qu'un hippie ?
59 min

Les parents de Djalla sont arrivés en Ariège en 1976 : son père avait le rêve de devenir berger dans les montagnes, et sa mère, hippie, fantasmait une vie hors du monde moderne. Ensemble, ils construisent une utopie autonome, peuplée de sept enfants.    

Ma mère a dit à mon père : "Si tu veux vivre avec moi, tu coupes les poteaux électriques." Djalla

La famille a peu d'argent, elle fait du troc et vit principalement de ce qu'elle produit. Mais vivre à la campagne et en autonomie, ce n'est pas de tout repos : les enfants sont employés à plein temps pour aider à la ferme.

Il y avait ceux qui partaient s'occuper des poules, les autres des lapins. Les plus grands partaient soit aux vaches, soit faire les lessives. C'était une vie campagnarde où il fallait travailler pour survivre. Djalla

Mais un jour, c'en est trop pour Djalla. La jeune fille se cabre, et se dispute violemment avec sa mère. Elle refuse ce mode de vie éprouvant et laborieux que lui ont imposé ses parents.  

Je me suis rebellée, je lui ai dit : "Ecoute, tu as fait plein d'enfants pour ensuite t'en servir pour ton usine à travail. C'est pour ça qu'on ne va pas à l'école et qu'on n'a pas le droit d'aller voir nos copains. Je te déteste et je vais faire la grève." Djalla 

Les quelques fois où elle quitte l'isolement de la ferme, Djalla mesure la distance qui la sépare des autres enfants. 

Un jour, mes cousins et mes cousines ont dit : "Oh, mais pourquoi ça sent mauvais ?" Là, je regarde ma grand-mère qui dit : "Voyons, pas du tout, mais ils ne sentent pas mauvais, ils sentent l'odeur du bois." Djalla

Si Sun, trente-et-un ans, et Rain, vingt-huit ans, n'ont pas tout à fait embrassé le mode de vie de leurs parents, ils se sentent toutefois héritiers de leur vision du monde... 

Première diffusion : 20/11/2013.

Reportage : Inès Léraud

Réalisation : Alexandra Malka et Clémence Gross

Musique de fin : "They know" par Eric Bibb - Album "Jericho road" (2013, Dixiefrog).

Pour aller plus loin : 

- Djalla-Maria Longa, Mon enfance sauvage, Glénat, 2011.

L'équipe

Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Production
Jeanne Coppey
Collaboration
Clémence Gross
Réalisation
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Coordination
Inès Léraud
Production déléguée
Alexandra Malka
Réalisation