"1 800 000 euros, c'est monstrueux. C'est 110 ans de salaire." ©Getty - Scott Barrow
"1 800 000 euros, c'est monstrueux. C'est 110 ans de salaire." ©Getty - Scott Barrow
"1 800 000 euros, c'est monstrueux. C'est 110 ans de salaire." ©Getty - Scott Barrow
Publicité
Résumé

Ils ont gagné au loto et cachent soigneusement leur statut de néo-millionnaires à leur famille et à leurs proches. Ils trouvent ces gains “monstrueux”.

En savoir plus

"Cet argent, est-ce que je le mérite vraiment ?"

Ils jouent au loto depuis des années. D’habitude, ils voient passer les numéros, les uns après les autres, sans s’émouvoir. Mais un jour, ils n’en croient pas leurs yeux. Ce sont leurs numéros qui s’affichent. Ils ont gagné, et ils sont désormais millionnaires.

“Le ticket nous brûle les doigts. On a peur de le perdre, ce petit ticket qui vaut quand même plusieurs milliers d'euros. On n'avait jamais eu peur des voleurs, mais là, on a vraiment eu peur qu'il nous arrive quoi que ce soit pendant ces quelques jours.”

Publicité

La première étape est d'aller déposer le chèque à la banque. Enfin, d’abord, il s’agit de réaliser que le chèque est bien là, qu’il y a réellement une somme "monstrueuse" à la clef. Et de réaliser aussi qu'avec deux millions d'euros sur son compte en banque, plus besoin de travailler. “Ma femme a fait le calcul : ça représentait 110 ans de salaire.” Une perspective qui fait culpabiliser ces nouveaux privilégiés, alors qu'"il y a 99,99% de la population française qui, tous les matins, est obligée de se lever à 6 h, de prendre le métro à 7 h pour aller travailler durement pour gagner 1 000 € par mois.”

“Il m'a fallu plusieurs mois pour accepter la situation. Je crois que j'ai eu un rejet de cet argent que je n'avais pas demandé, qui me tombe du ciel mais qui me gênait. On le mérite ou pas cet argent ?"

28 min

"Un pieux mensonge"

Une fois qu’on a encaissé le coup et le chèque, la deuxième étape est de l’annoncer aux proches. Une étape qui est loin d’être anodine. Car avouer qu'on est riche, c’est envisager de partager son pactole… Que faut-il faire ? Tout dilapider, en donnant la même somme à tous ses proches en s’efforçant de n’oublier personne ? Ne donner qu’un peu à quelques-uns – mais comment choisir ? Ou alors faut-il ne rien donner du tout ?

“Si on ne le dit pas, on reste ce qu’est, on est aimé pour ce que nous sommes. Si on le dit, on va créer plus de jalousies qu'autre chose.”

Reste alors l’étape la plus importante, celle qu’on attendait tous : le moment de s’offrir enfin ce dont on a toujours rêvé. Des bijoux ? Une voiture de luxe ? Une maison en bord de mer ? Que choisir ? Par quoi commencer ? Est-ce que ça ne risque pas de révéler au grand jour qu’on est riche ? Et d’ailleurs, la veut-on vraiment, cette voiture dont on croyait rêver ?

“Tout le monde dit si je vais m'acheter ceci, je vais me payer ça. Non, ce n'est pas vrai. Vous ne payez pas.Il y a beaucoup d'envie qui disparaissent avec le simple fait de savoir qu'on peut se le payer.”

Quand vous devenez riche, “c'est toute votre vie qui est chamboulée”. Vous avez de nouvelles envies, de nouveaux besoins, vous perdez la valeur de l’argent, mais aussi vos amis et votre tranquillité… Finalement, la solution est peut-être de faire comme si de rien n’était. Mentir, oui, mais pour éviter les conflits et les ennuis. Ne pas changer de classe sociale, ne pas faire d’achat luxueux, ne pas exposer sa richesse au tout venant. Se faire plaisir, mais discrètement, à l’abri des regards et de l’ostentation. Continuer sa vie ordinaire, fréquenter les mêmes magasins. Devenir riche sans devenir un riche…

À lire aussi : Diamants sur canapé
28 min

Merci à Françoise Mottier, et à Isabelle Vigneux de la Française des Jeux, ainsi qu’aux deux couples anonymes de gagnants.

  • Reportage : Jérémy Tordjman
  • Réalisation : Marie-Laure Ciboulet et Emily Vallat

Musiques :

  • C'est pas toujours rigolo d'avoir d'l'argent – Tramel
  • Diamonds Are a Girl's Best Friend – Marilyn Monroe
  • Riche – Les Rita Mitsouko et Doc Gyneco
Références

L'équipe

Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Coordination
Jeanne Coppey
Collaboration
Emily Vallat
Réalisation
Justine Callé
Stagiaire