La vie de couple n'est pas de tout repos lorsque l'un des deux est élu.
La vie de couple n'est pas de tout repos lorsque l'un des deux est élu.
La vie de couple n'est pas de tout repos lorsque l'un des deux est élu. ©Getty - H. Armstrong Roberts/ClassicStock
La vie de couple n'est pas de tout repos lorsque l'un des deux est élu. ©Getty - H. Armstrong Roberts/ClassicStock
La vie de couple n'est pas de tout repos lorsque l'un des deux est élu. ©Getty - H. Armstrong Roberts/ClassicStock
Publicité
Résumé

Si certains mandats mènent au divorce, il est toutefois possible de trouver un équilibre entre vie politique et vie de couple. Marianna, conjointe d'un élu municipal dans un village de l'Yonne, et Pierre, lui-même ancien élu, époux de la députée LREM Marie-Christine Verdier-Jouclas, racontent.

En savoir plus

Marianna et son compagnon étaient parisiens, intermittents du spectacle. Un jour, on les invite à un barbecue dans l'Yonne, et ils tombent amoureux de la région, où ils se retrouvent peu après confinés malgré eux. A force, le conjoint de Marianna va s'intéresser aux enjeux locaux, très locaux même, à la hauteur du petit village dans lequel le couple s'est installé. Un village d'une centaine d'habitants dont le compagnon de Marianna est devenu élu municipal, sans étiquette. Depuis, la vie n'est plus totalement ce long fleuve tranquille qu'ils espéraient.

Pierre Verdier, lui, était maire d'un petit village du côté de Toulouse. Un mandat qui va finir par lui coûter son mariage. Aujourd'hui, la politique, c'est fini : plus de mandat, plus de responsabilités, il n'est désormais que le conjoint de sa nouvelle épouse, Marie-Christine Verdier-Jouclas, députée depuis juin 2017 de la seconde circonscription du Tarn sous l'étiquette LREM.

Publicité

"Finalement, c'est confortable d'être en seconde ligne !"

Même si les conjoints ne sont pas eux-mêmes élus, ils s'impliquent tout de même, à leur manière, dans la vie politique. C'est une question d'image. Marianna explique ainsi devoir penser au regard des autres, pour ne pas commettre d'impair. Elle s'applique à faire bonne impression sur le marché du village, en parlant avec tout le monde. Pierre, lui, fait le chauffeur ou le photographe de sa femme, à l'occasion, et discute avec les personnes qu'il a connues à l'époque où il était maire, "dans une vie antérieure".

"De mon côté, je sais qu'il faut que je le soutienne et que je m'implique aussi à ma manière pour le village." Marianna

Mais il y a des limites à ce soutien. Marianna comme Pierre ne veulent pas se substituer à leur moitié, surtout lorsqu'il s'agit de recueillir des plaintes. Pierre par exemple ne veut surtout pas assumer une charge qui est celle de sa femme, pour éviter tout malentendu : "Je dis clairement à mes interlocuteurs que s'ils ont des choses à dire, c'est à elle qu'il faut s'adresser !" Marianna, elle, a eu l'impression d'acquérir de nouvelles responsabilités depuis que son mari est élu, même si elle préfèrerait parfois parler d'autre chose que de politique lors de leurs dîners en tête à tête…

"Ce qui m'agace le plus, c'est qu'on me résume à la compagne du conseiller municipal." Marianna

À lire aussi : Maires au bord de la crise de nerfs

La vie de couple pendant le mandat

Il n'est pas toujours simple d'accepter l'engagement politique de son conjoint, surtout quand cet engagement est très prenant. Ainsi, le précédent mariage de Pierre a été emporté par son mandat d'élu local. Pour lui, sa femme "n'a jamais adhéré à [s]on engagement", ce qui a créé entre eux "de la distance au départ, et après des tensions". Jusqu'au point de non-retour : "Et finalement, il arrive un moment où ça devient insupportable, quand on ne s'est pas projeté à deux dans ce que peut être un mandat." Mais aujourd'hui, Pierre est loin de vivre la même situation avec Marie-Christine, car il est davantage en mesure de comprendre les exigences du métier de sa femme, grâce à son expérience passée. Le plus important, pour lui, c'est de savoir s'adapter, et de rester "le premier soutien" de sa femme, "dans un monde qui n'est pas des plus tendres".

"Dans la mesure où je suis fier de ce que fait mon épouse, je vis ça bien. Je sais qu'on n'a pas d'antinomie politique sur la question des valeurs, même si je ne partage pas tout le temps toutes ses positions politiques." Pierre

Merci à Marianna, Sophie Deshayes et Pierre Verdier.

Reportage : Alain Lewkowicz

Réalisation : Anne-Laure Chanel

Mixage : Fabien Capel.

Musique de fin : "Isolation Anonymous" de Ondara.