Banderole antifasciste à Lyon ©Maxppp - Alexander Roth-Grisard
Banderole antifasciste à Lyon ©Maxppp - Alexander Roth-Grisard
Banderole antifasciste à Lyon ©Maxppp - Alexander Roth-Grisard
Publicité
Résumé

A la suite d’une bagarre survenue au cours d’une manifestation anti-pass cet été, sept militants antifascistes lyonnais ont été accusés de violences en réunion. La procédure judiciaire s’est achevée le 4 novembre. En regardant le dossier de plus près, certains y voient une dérive inquiétante…

En savoir plus

Axel et Lucas sont des militants antifascistes lyonnais. Ils font partie de la GALE, le Groupe Antifasciste Lyon et Environs. Avec plusieurs autres militants, ils participent au cours de l'été à une manifestation antipass. Lors de cette manifestation du 28 août se côtoient deux cortèges, l'un de gauche, l'autre d'extrême-droite. Peu à peu, des militants de Civitas s'invitent dans le cortège de gauche. Civitas est un groupe catholique, nationaliste, présidé par Alexandre Gabriac, qui est connu pour "se recueillir sur la tombe de Mussolini chaque année". Choqués par leur présence, les jeunes antifascistes demandent aux militants Civitas de quitter le cortège. Le ton monte, des insultes fusent, et les militants Civitas portent les premiers coups, auxquels répondent bien vite les militants antifascistes. L'altercation ne dure pas longtemps, et les militants d'extrême-droite fuient rapidement.

Pour le groupe d'antifas, ce genre de bagarres avec l'extrême-droite est banale et ils l'oublient vite. Mais quelques jours plus tard, Axel est tiré manu militari de son cours de droit et arrêté par la police. Il est emmené jusqu'à son appartement où s'effectue une perquisition, qui est pour le moins étonnante...

Publicité

"Ils prennent mon T-shirt où il est écrit "Against racism and hate" et que j'avais le jour de la manif. Puis ils se mettent à photographier tous les stickers de mon frigo et prennent mes posters antifascistes. [...] En gros, la perquisition a servi à prouver que je suis un militant antifasciste." Axel

4 min

Au commissariat, les policiers montrent à Axel des extraits vidéo de la bagarre, qui a été filmée par une caméra de surveillance, mais sur ceux-ci, on ne voit que les coups portés par les militants antifascistes, et pas ceux des militants d'extrême-droite... Les policiers sont en train de réunir un dossier à charge contre les jeunes militants, accusés de violence en réunion. En attendant "la comparution immédiate à délai différé", quatre d'entre eux sont incarcérés pendant six semaines. C'est un choc pour eux d'être jetés en prison, alors qu'aucune plainte n'a été déposée.

De nombreux actes de violence perpétrés par l'extrême-droite avaient pourtant eu lieu à Lyon dans les deux dernières années. L'avocate des militants antifascistes Agnès Bouquin évoque notamment l'attaque d'une librairie libertaire, La Plume Noire, affaire qui avait été classée sans suite par la justice.

"On a le sentiment d'une différence de traitement suivant qu'on soit sur des mouvements antifascistes ou des mouvements qui se revendiquent eux-mêmes d'extrême-droite et donc avec des idées fascistes." Agnès Bouquin

Pendant le procès, la tension est à son comble et les militants sont très anxieux. La justice les condamnera-t-elle ? En tout cas, de nombreux soutiens sont présents dans le public : "Alors il y a toute la salle qui se lève, qui applaudit et qui chante "Lyon Lyon Antifa !""

Merci à Axel, Lucas, à Olivier Forray, Agnès Bouquin, à Jules et au comité de soutien aux inculpés du 23/9, et à Martha.

Reportage : Olivier Minot

Réalisation : Emily Vallat

Mixage : Cédric Chatelus

Musique de fin : "Tied Up In Nottz" de Sleaford Mods.

Pour aller plus loin :

- l'article à propos de l'attaque d'une manifestation LGBT : Guillaume Bernard, "A Lyon, l’extrême droite attaque la manifestation pour la fierté lesbienne", Rue89Lyon, 26 avril 2021.

- Maxime Placé et Pierre Plotu, "À Lyon, l’extrême droite fait régner la terreur", Streetpress, 13 octobre 2021.

- "Fachosphère. 13 membres d’un groupe d’extrême droite interpellés à travers la France, des armes retrouvées "partout"", Libération, 23 novembre 2021.

- la tribune "À Lyon, une politique pénale du "deux poids, deux mesures"", parue dans Médiapart le 30 octobre 2021 et soutenue par 120 intellectuels, juristes et artistes (Arié Alimi, David Dufresne, Virginie Despentes, Phillippe Corckuff, Laurence De Cock, Eric Fassin, Cédric Herrou, Maguy Marin, Dominique Grange, Tardi, Françoise Verges...)

- la page Facebook en soutien aux militants antifascistes : Comité de soutien aux inculpés du 23.9

- la page Facebook de la GALE (Groupe Antifasciste Lyon et Environs)

Références

L'équipe

Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Production
Jeanne Coppey
Collaboration
Olivier Minot
Production déléguée
Emily Vallat
Réalisation
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Coordination