Des élevages pucés et numérisés : le futur de l'agriculture ? Extrait de l'ouvrage "On achève bien les éleveurs".
Des élevages pucés et numérisés : le futur de l'agriculture ? Extrait de l'ouvrage "On achève bien les éleveurs".
Des élevages pucés et numérisés : le futur de l'agriculture ? Extrait de l'ouvrage "On achève bien les éleveurs". - Guillaume Trouillard
Des élevages pucés et numérisés : le futur de l'agriculture ? Extrait de l'ouvrage "On achève bien les éleveurs". - Guillaume Trouillard
Des élevages pucés et numérisés : le futur de l'agriculture ? Extrait de l'ouvrage "On achève bien les éleveurs". - Guillaume Trouillard
Publicité
Résumé

Dans ce nouvel épisode du journal Breton, Inès Léraud s’intéresse à l'informatisation à marche forcée des exploitations agricoles.

En savoir plus

La révolution numérique touche déjà de plus en plus d’exploitations françaises, pour gérer, surveiller et mieux analyser la production et les rendements. C’est ce qu’on appelle désormais « l’agtech » ou l’« Agriculture 4.0 ».  D’ores et déjà, les agriculteurs qui le souhaitent peuvent installer des caméras pour surveiller leurs troupeaux, installer des GPS embarqués dans leurs tracteurs, numériser les données de leurs exploitations et suivre des bulletins météos calibrés et adaptés aux sols grâce à des capteurs. Les expérimentations sur les voitures autonomes devraient à terme permettre de fabriquer des machines intelligentes. L’histoire ne dit pas comment leurs données sont protégées ni avec qui elles sont partagées.

Numériser les animaux, c’est permettre le contrôle des éleveurs, pas des bêtes.

Publicité

Les agriculteurs deviennent ainsi des consommateurs toujours plus accros aux technologies de pointe, qui récoltent leurs données et dressent des modèles prédictifs. Certains exploitants, pourtant, décident de résister à l’emprise grandissante du numérique. 

Laetitia Monthuley, éleveuse de volailles en plein air en Bretagne ; Pierre Mestre et Matthieu Amiech du collectif "Faut pas pucer" dans le Tarn, racontent les obligations d'informatiser leurs élevages auxquels ils sont soumis, et les raisons de leur désobéissance.

Nous remercions Laetita Monthuley, Pierre Mestre, et Matthieu Amiech, éditeur à La Lenteur, et membre du groupe M.A.R.C.U.S.E.

A voir : 

Chanson de fin : "Pas un mouton", par Prisca - Album : "Tas de ferraille" (2014) - Label : Booster.

  • Reportage : Inès Léraud et Antoine Costa
  • Réalisation : Clémence Gross
Références

L'équipe

Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Production
Cécile Laffon
Réalisation
François Caunac
Réalisation
Charlotte Bienaimé
Production déléguée
Elise Andrieu
Production déléguée
Emmanuel Geoffroy
Réalisation
Bahar Makooi
Production déléguée
Ilana Navaro
Production déléguée
Martine Abat
Production déléguée
Pascale Pascariello
Production déléguée
Leila Djitli
Production déléguée
Philippe Baudouin
Réalisation
Olivier Minot
Production déléguée
Rémi Dybowski Douat
Production déléguée
Sandrine Chapron
Collaboration
Valérie Borst
Production déléguée
Pauline Maucort
Production déléguée
Clémence Gross
Réalisation
Sophie Knapp
Production déléguée
Adila Bennedjaï-Zou
Production déléguée
Inès Léraud
Production déléguée
Delphine Saltel
Production déléguée
Delphine Dhilly
Production déléguée
Léa Minod
Production déléguée
Léa Veinstein
Production déléguée
Stéphanie Thomas
Production déléguée
Judith Chetrit
Production déléguée