Deux femmes racontent leur licenciement pour "faute grave", accusées de harcèlement sexuel ou de racisme anti-noir.
Deux femmes racontent leur licenciement pour "faute grave", accusées de harcèlement sexuel ou de racisme anti-noir.
Deux femmes racontent leur licenciement pour "faute grave", accusées de harcèlement sexuel ou de racisme anti-noir. ©Getty - Ghislain & Marie David de Lossy
Deux femmes racontent leur licenciement pour "faute grave", accusées de harcèlement sexuel ou de racisme anti-noir. ©Getty - Ghislain & Marie David de Lossy
Deux femmes racontent leur licenciement pour "faute grave", accusées de harcèlement sexuel ou de racisme anti-noir. ©Getty - Ghislain & Marie David de Lossy
Publicité
Résumé

Deux femmes sont licenciées séance tenante, l’une pour harcèlement sexuel, l’autre pour racisme anti-noir. Des événements violents qui leur ont laissé des traces indélébiles.

En savoir plus

Annie, cinquante-six ans, était éducatrice dans une crèche près du quartier des Halles, à Paris. Un beau jour, à sa grande surprise, elle est convoquée pour un licenciement. Le motif : avoir tenu des propos racistes sur son lieu de travail. 

C’était d’une violence extrême. On m’accusait presque d’être du Ku Klux Klan.

Publicité

Elle comprend progressivement les raisons de cette sanction, qu’elle interprète comme un mélange d’incompréhensions et de maladresses de sa part.

Il s’agissait d’un licenciement abusif. Les collègues ont fantasmé sur moi.

Laurence, cinquante-quatre ans, est ingénieure dans le BTP. Il y a une dizaine d’années, alors qu’elle travaillait sur un chantier à Sartrouville, dans les Yvelines, elle est accusée d’avoir harcelé sexuellement un conducteur de travaux et est licenciée sur le champ. Laurence ne comprend pas la sévérité de la sanction.

J’avais échangé des SMS un peu "olé olé". Mais enfin, lui aussi participait.

Laurence admet aimer séduire les hommes avec qui elle travaille, mais assure que pour autant, elle n’a jamais dépassé les limites.

J’avais envie de dominer les hommes, mais pour les faire mieux travailler ! 

  • Reportage : Alain Lewkowicz
  • Réalisation : Clémence Gross

Merci à Annie Martel, Laurence Camus et Maître Rachel Spire, avocate du travail.

Chanson de fin : "Malafemmena" par Roberto Murolo – Album : Roberto Murolo – Rarities 1965 (2015).

Playlist à emporter

En cliquant sur "Ajouter à..." vous pourrez récupérer tout ou partie de la playlist de cette émission sur Spotify, Deezer ou Youtube.

Références

L'équipe

Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Production
Cécile Laffon
Réalisation
François Caunac
Réalisation
Jeanne Delecroix
Collaboration
Charlotte Bienaimé
Production déléguée
Elise Andrieu
Production déléguée
Emilie Chaudet
Production déléguée
Emmanuel Geoffroy
Réalisation
Ilana Navaro
Production déléguée
Martine Abat
Production déléguée
Elodie Maillot
Production déléguée
Pascale Pascariello
Production déléguée
Karine Le Loët
Production déléguée
Leila Djitli
Production déléguée
Olivier Minot
Production déléguée
Rémi Dybowski Douat
Production déléguée
Valérie Borst
Production déléguée
Pauline Maucort
Production déléguée
Clémence Gross
Réalisation
Fabienne Laumonier
Production déléguée
Sophie Knapp
Production déléguée
Yaël Mandelbaum
Réalisation
Adila Bennedjaï-Zou
Production déléguée
Inès Léraud
Production déléguée
Delphine Saltel
Production déléguée
Alice Babin
Production déléguée
Delphine Dhilly
Production déléguée
Anne-Laure Chanel
Réalisation
Léa Minod
Production déléguée
Léa Veinstein
Production déléguée
Lucia Sanchez
Production déléguée
Stéphanie Thomas
Production déléguée
Clément Baudet
Production déléguée
Judith Chetrit
Production déléguée
Alain Lewkowicz
Production déléguée
Alice Milot
Production déléguée