Des marins à Brest  ©AFP - FRED TANNEAU
Des marins à Brest ©AFP - FRED TANNEAU
Des marins à Brest ©AFP - FRED TANNEAU
Publicité
Résumé

En 1994, à l’initiative d’un prêtre ouvrier, le Seamen’s club de Brest est créé pour accueillir tous les marins de commerce et leur permettre de vivre dans de bonnes conditions le temps d’une escale. Rencontre avec des marins malgaches qui travaillent sur le bateau "Raymond Croze".

En savoir plus

En 1994, à l’initiative d’un prêtre ouvrier, le Seamen’s club de Brest est créé pour accueillir tous les marins de commerce et leur permettre de vivre dans de bonnes conditions le temps d’une escale. Rencontre avec des marins malgaches qui travaillent sur le Raymond Croze, le bateau d’Orange, chargé de la maintenance des câbles sous-marins transatlantiques.

Depuis quelques années, on emploie de la main d'oeuvre étrangère qui coûte moins cher. Les marins français ont été remplacés par des marins malgaches. Il faut être tri-lingue pour monter à bord. Un marin malgache 

Publicité

À bord, les marins malgaches peuvent disposer d'un ordinateur pour dialoguer avec leur famille, regarder les informations concernant leur pays, ou écouter de la musique : 

Il n'y a qu'un ordinateur sur le bateau, et on doit se le partager, donc ce n'est pas évident pour communiquer avec nos familles à Madagascar. Un marin malgache 

Avec ma femme, on se donne un rendez-vous sur Skype. C'est mieux que le téléphone. Le téléphone, c'est encore cher. Parfois on se rate, mais j'attends toujours ma femme. Quand on a pas de nouvelles de sa famille, c'est ennuyant. Un marin malgache

La voix de ma femme me donne du courage, parce que parfois on reste très longtemps ici. Un marin malgache

En France, ces marins gagnent mieux leur vie que dans leur pays natal. Leur salaire leur permet d'économiser pour envoyer de l'argent à leur famille ou profiter pendant les congés : 

C'est rare de trouver le même salaire qu'ici à Madagascar. Moi je n'ai jamais travaillé à terre. Mon premier boulot, c'était sur un navire. Un marin malgache 

Reportage : Alain Lewkowicz

Réalisation : Alexandra Malka

A suivre : une exposition du réalisateur Marc Picavez  intitulée "Seamens' Club", sur les nouvelles figures de migrants que sont les marins aujourd'hui. Marc Picavez nous donne à voir la manière dont les marins incarnent un certain état du monde basé sur un modèle libéral globalisé. Equipages cosmopolites parcourant le monde non plus de port en port mais entre terminaux spécialisés, localisés aujourd'hui dans des paysages périurbains déshumanisés… Le rapport à la solituA bord, lesde et la place qu'a pris internet dans ces vies singulières… Composée de cinq installations diffusant sur grands écrans ses courts-métrages, de Saint-Nazaire à Rotterdam ou encore de Dakar à New-York, l'exposition "Seamen's Club" se tiendra au LIFE (Lieu International des Formes Emergentes) de Saint-Nazaire dans l'une des alvéoles de la Base sous-marine jusqu' au 8 septembre 2013.
Lien vers une présentation vidéo de l'exposition de Marc Picavez :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Production
Charlotte Bienaimé
Production déléguée
Elise Andrieu
Production déléguée
Emmanuel Geoffroy
Réalisation
Jérôme Sandlarz
Production déléguée
Bahar Makooi
Production déléguée
Nicolas Ruffault
Production déléguée
Leila Djitli
Production déléguée
Olivier Minot
Production déléguée
Rémi Dybowski Douat
Production déléguée
Sandrine Chapron
Collaboration
Morgane Du Liège
Production déléguée
Vincent Abouchar
Réalisation
Pauline Maucort
Production déléguée
Delphine Saltel
Production déléguée
Farida Taher
Production déléguée
Annabelle Brouard
Réalisation
Alexandra Malka
Réalisation
Amaury Chardeau
Production déléguée