Le souffre-douleur

Le souffre-douleur
 ©Getty - Tinnakorn Jorruang / EyeEm
©Getty - Tinnakorn Jorruang / EyeEm
©Getty - Tinnakorn Jorruang / EyeEm
Publicité

Un quotidien a appelé l’événement "le procès du harcèlement au sein d'une entreprise de 6200 salariés, cotée en bourse et dont l'actionnaire majoritaire n'est autre que l'état". Cinq salariés d'ADP, dont le directeur du site et la responsable des ressources humaines, sont sur le banc des accusés.

Le procès qui oppose Nicolas à sa hiérarchie de l’Aéroport de Paris (ADP) s'est ouvert le mardi 20 septembre 2022 au tribunal correctionnel de Bobigny. Le jugement mis en délibéré est tombé le 23 novembre et "le tribunal a estimé que Nicolas était victime de harcèlement moral" mais que "pénalement les prévenus ne sont pas les bonnes personnes".

Agent électricien à l’aéroport de Roissy, Nicolas, 43 ans, revient sur le harcèlement subi durant ses années de travail au sein du service balisage de Roissy-Charles-de-Gaulle. Deux ans après son arrivée au sein de cette équipe, la hiérarchie change et met les collègues en concurrence.

Publicité

Nicolas subit une humiliation de la part de ses collègues, la première d’une longue série.

“Entre 2005 et 2015, il m'est arrivé pas mal de choses. Par exemple, une nuit je suis appelé sur les pistes pour une intervention et en fin de compte, les collègues et la hiérarchie avaient préparé une poubelle pleine d'eau. Tout le monde s'est jeté sur moi et m'a mis la tête sous l'eau pour tester ma capacité d'apnée. C'est une des premières fois où je me suis dit que j'allais peut-être y rester ou avoir des problèmes, parce que quand on est maintenu par plusieurs personnes, ce n'est pas nous qui décidons quand on va en sortir.” Nicolas

“Le côté sévice, c'était un gros coup par an. Une fois, ça a été plus loin que d'habitude. Plusieurs collègues m'ont attrapé avec du film étirable noir de palettes. On a fait le tour de mon corps, du cou jusqu'aux pieds. On m'a scotché sur une chaise et ils ont fait tomber la chaise par terre dans l'atelier. Ça m'a coupé la respiration. A un moment, je leur ai dit que j’étouffais. Il y en a un qui a donné des coups de cutter dans le film, et j'ai pu me sortir de là. Mais c'était quelque chose de terrifiant.” Nicolas

Les Pieds sur terre
27 min

En 2012, Nicolas alerte sa hiérarchie après une affaire qui touche à sa vie privée.

“Je savais que ma hiérarchie n'avait aucune considération pour moi et que ce serait la fin de ma carrière si je l’ouvrais.” Nicolas

Nicolas doit également travailler avec des binômes compliqués, notamment un collègue dont les erreurs retombent sur lui. Il sombre en dépression et commence au même moment à parler aux personnes autour de lui de ce qu’il a subi. Quelqu’un lui parle d’Etienne Sanchez, délégué CGT au sein d’ADP. Il aide Nicolas à monter un dossier et le soutient au quotidien. Nicolas obtient un autre poste, mais ce dernier ne lui correspond pas.

Poussé par sa femme, il porte plainte. Le harcèlement qu’il a subi est reconnu par la justice, mais les accusés sont acquittés.

“On avait retrouvé des photos de moi attaché par terre sur le profil Facebook de mon N+1.” Nicolas

À réécouter : La preuve
Les Pieds sur terre
28 min

Merci à Nicolas et Etienne Sanchez.

  • Reportage : Clawdia Prolongeau
  • Réalisation : Jeanne Cherequefosse

Musique de fin : "Études, Book 1 : No. 2" par Jacopo Salvatori

L'équipe