Les arnaques en ligne se multiplient. ©Getty - shapecharge
Les arnaques en ligne se multiplient. ©Getty - shapecharge
Les arnaques en ligne se multiplient. ©Getty - shapecharge
Publicité
Résumé

Mails frauduleux, prétextes fallacieux, faux sites marchands... Les tentatives d’escroquerie pullulent sur Internet. Elisabeth, cinquante-neuf ans, a ainsi été victime d'un escroc qui, non content de lui voler 94 000 euros, lui a aussi brisé le cœur.

En savoir plus

Mails frauduleux, prétextes fallacieux, faux sites marchands, incitations à investir dans des placements à haut rendement qui se révèlent être des arnaques… Les tentatives d’escroqueries pullulent sur Internet, comme le montre l'enquête de la Cellule investigation de Radio France menée par Abdelhak El Idrissi. Un exemple courant est celui du Compte Personnel de Formation (CPF) : des plateformes téléphoniques cherchent à siphonner le crédit des salariés en les inscrivant à leur insu à des formations inexistantes ou de très mauvaise qualité. Les conséquences sont bien sûr d'abord matérielles. Le parquet de Paris estime en effet que les faux placements causent cinq cent millions d’euros de préjudice par an. Mais elles sont également morales et psychologiques : on rapporte de plus en plus de cas de maladies, de dépressions et, dans le pire des cas, de suicides.

Une romance virtuelle

L’histoire d’Elisabeth commence sur LinkedIn. Cette Française de cinquante-neuf ans, divorcée et à la recherche d’un nouveau partenaire, s’est inscrite sur les sites de rencontres, mais n’y trouve pas son bonheur. Quand un entrepreneur Britannique lui écrit sur LinkedIn, se disant lui aussi divorcé et à la recherche d’une relation amoureuse, Elisabeth ne se méfie pas. Très vite, ils se mettent à échanger des dizaines de messages sur WhatsApp, et s’appellent chaque jour.

Publicité

"Il y avait sa photo sur LinkedIn. Je l'ai trouvé bel homme. Il m'a envoyé une photo avec son chien où il a l'air d'un homme assez doux, quelqu'un qui inspire confiance et qui a l'air sympathique. Et puis, je l'ai trouvé gentil." Elisabeth

Les deux tourtereaux se rapprochent de plus en plus, et, un jour, l’homme annonce à Elisabeth qu'il va venir lui rendre visite à Paris. Mais au dernier moment, il annule son voyage. Des problèmes liés à son entreprise le retiennent au Royaume-Uni, dit-il. 

"Comme on parlait anglais et que c'était du vocabulaire technique, je n’ai pas tout compris. C’est là qu’il a commencé à me demander de l’argent.__" Elisabeth

29 min

"J'ai perdu vingt ans d'économies en deux mois"

Elisabeth n’est pas riche. Elle a quelques économies, accumulées pendant des années en vue de sa retraite, mais c’est tout. Elle accepte cependant d'avancer de l’argent au mystérieux entrepreneur, quitte à se lancer dans le business à son tour. Elle crée un compte sur Kraken, une plateforme numérique d'échange de cryptomonnaies, et va jusqu'à acheter elle-même des bitcoins. 

"Il avait l’air tellement triste. Je me disais que je devais l’aider." Elisabeth

Quoi qu'il en soit, pour Elisabeth, ce n’est qu’une mauvaise passe. Elle rêve déjà sa vie future en Angleterre, au côté de ce prince charmant qui lui promet un amour éternel - mais tout à fait charnel, et n'hésite pas, de temps à autre, à lui envoyer des messages plus osés. Ce genre de correspondance est moins au goût d’Elisabeth, mais elle ferme les yeux sur ces incartades, et répond par des poèmes romantiques.

Pendant ce temps, son amant virtuel lui demande toujours plus d’argent. Il parle de compte offshore en commun, demande à sa douce de lui avancer des accomptes pour débloquer des fonds qui vont enfin permettre de régler tous leurs problèmes... mais Elisabeth, elle, n’a plus d’économies. Elle décide alors d’emprunter de l’argent à sa famille, sans lui parler de la situation délicate de son amoureux.

"En tout, j'avais prêté 94 000 euros, dont 34 000 euros à peu près que j'avais emprunté et 60 000 euros qui représentaient toutes mes économies. Finalement, j'ai vidé mes vingt ans d'économies sur trois mois." Elisabeth

Un jour, le fils d'Elisabeth finit par se poser des questions, et comprend d'un coup que sa mère est en train de se faire escroquer, et dans les grandes largeurs. Après quelques recherches Internet, il fait une découverte qui le stupéfie...

À lire aussi : Arnaque en ligne
28 min

Merci à Elisabeth, à Abdelhak El Idrissi et à Manuel Verhée, notre stagiaire de troisième pour la semaine.

Reportage : Karine Le Loët en association avec la Cellule investigation de Radio France

Réalisation : Anne Depelchin

Mixage : Cédric Chatelus

Chanson de fin : A New Day de Winston McAnuff & Fixi.

Pour aller plus loin :

Références

L'équipe

Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Production
Jeanne Coppey
Collaboration
Karine Le Loët
Production déléguée
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Coordination
Anne Depelchin
Réalisation