Mère épuisée par la charge parentale ©Getty
Mère épuisée par la charge parentale ©Getty
Mère épuisée par la charge parentale ©Getty
Publicité
Résumé

Sylvie et Ambre sont mères. Toutes deux souffrent du même mal qui les ronge, mais dont elles ne peuvent parler, celui d’être mère. Elles regrettent amèrement leur maternité. Si c’était à refaire, elles n’auraient pas d’enfant.

En savoir plus

La parentalité est habituellement présentée comme un miracle, un bonheur sans pareil, qui viendrait combler parfaitement l'existence des futurs parents, et plus particulièrement des futures mères. Mais c'est une vision de la chose qui néglige une grande partie de leur expérience. En réalité, si elle est synonyme d'épanouissement pour un bon nombre de personnes, la parentalité peut aussi être vécue comme une épreuve difficile, qui plonge certains parents dans un grand désarroi. Sylvie et Ambre ont toutes deux éprouvé un profond mal-être après leur accouchement. Elles racontent comment la maternité les a accaparées, a empiété sur leur temps et grignoté leurs rêves, les a enfermées enfin dans un rôle qui n'était pas fait pour elles. 

"Je ne ressens rien"

Sylvie a trente-cinq ans quand elle découvre qu'elle est enceinte. Elle n'envisage pas alors de "devenir maman".   

Publicité

Ma première réaction, c'était d'avorter. Mais le papa était plutôt motivé, plutôt enjoué de cette nouvelle, et à force de discussion, on a décidé de garder cet enfant. Sylvie

Bien que la grossesse se passe sans accroc, la jeune femme s'étonne de ne pas éprouver l'euphorie ou l'amour maternel attendus et décrits par tant de jeunes mamans. Au contraire, Sylvie, elle, ne ressent rien.  

Quand il est né, je l'ai vu comme un alien. Lorsqu'on m'a mis mon enfant sur le ventre, j'ai compris que je n'avais pas une attitude proche et enthousiasmée. Sylvie

Son compagnon, lui, s'investit énormément dans les tâches relatives à l'enfant. Pour Sylvie, tout est pesant, et elle se tient le plus à l'écart possible de la charge parentale. La situation se dégrade progressivement, à tel point que le père de ses enfants décide de la quitter. Sylvie s'effondre.  

Je pleurais, car je me disais que j'étais dans l'incapacité de relever ce défi d'être mère et de savoir gérer au quotidien deux enfants qui étaient en bas âge à l'époque. Sylvie

Depuis cette rupture, Sylvie a su remonter la pente, et elle fait tout ce qui est en sa capacité pour le bien de ses enfants. Mais elle ne parvient pas malgré tout à s'épanouir dans le rôle de maman, et chaque geste continuer de lui coûter.

Le livre de Stéphanie Thomas, Mal de mères, Dix femmes racontent le regret d'être mère, paru aux éditions JC Lattès.
Le livre de Stéphanie Thomas, Mal de mères, Dix femmes racontent le regret d'être mère, paru aux éditions JC Lattès.
28 min

Le regret d'être mère

Ambre ressent dès la naissance de son fils les premiers signes d'un mal-être : c'est le début d'une longue dépression post-partum. La fatigue, l'allaitement difficile, le rythme si nouveau de la maternité la plongent dans une grande détresse psychologique. Heureusement, avec la reprise du travail, elle sort un peu la tête de l'eau. Mais le confinement la replonge dans le rôle de mère à plein temps. 

Et puis le Covid est arrivé. Là, j'ai eu l'impression d'un retour en congé maternité forcé. Je m'occupais de mon fils toute seule, jusqu'à ce qu'on arrive à s'organiser pour que je m'occupe de notre enfant le matin jusqu'à sa sieste, et que mon conjoint prenne le relais après la sieste jusqu'au coucher. Ambre

Ambre dénonce la mythologie mensongère qui entoure la maternité, les vérités généralement admises sur la parentalité.

La plupart des gens disent : "Ah, mais c'est que du bonheur !" Mais arrêtez avec cette phrase, ce n'est pas que du bonheur ! Ambre

C'est dur, ça chamboule une vie. On a un être 100% dépendant de nous. On n'a plus de liberté, on n'a plus de spontanéité. Ambre

Malgré l'amour infini qu'elle porte à son fils, la jeune femme se sait en trop grande détresse pour désirer de nouveau un enfant.

Si demain j'ai un autre enfant, ou bien on divorce, ou bien je me fous en l'air. C'est intense quand même. Ambre 

Merci à Ambre et Sylvie, à Charlotte Rousseau et à Anne-Julie Bémont.

27 min

Reportage :  Stéphanie Thomas.

Réalisation : Anne Depelchin.

Musique de fin : "Jamaica Farewell / Sambinha" de Rosemary Standley & Dom La Nena.

Pour aller plus loin : 

- le livre de Stéphanie Thomas, Mal de mères. Dix femmes racontent le regret d’être mère, JC Lattès / France Culture, 2021.

- le livre d'Orna Donath, Le Regret d'être mère, Odile Jacob, 2019. 

A voir aussi : 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Références

L'équipe

Jeanne Coppey
Collaboration
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Coordination
Stéphanie Thomas
Production déléguée
Anne Depelchin
Réalisation