Le havre de paix de Marine, en Ariège.
Le havre de paix de Marine, en Ariège. ©Radio France - Marine Richard
Le havre de paix de Marine, en Ariège. ©Radio France - Marine Richard
Le havre de paix de Marine, en Ariège. ©Radio France - Marine Richard
Publicité

Dans les montagnes ariégeoises, Marine vit dans une bergerie isolée parce qu'elle est électrosensible. Camille, lui, habite une cabane dans la forêt parce qu'il l'a choisi. Ils racontent l'un et l'autre leur "robinsonnade".

Marine est [éléctrosensible](https://fr.wikipedia.org/wiki/Sensibilit%25C3%25A9_%25C3%25A9lectromagn%25C3%25A9tique#:~:text=La%2520sensibilit%25C3%25A9%2520%25C3%25A9lectromagn%25C3%25A9tique%2520(ou%2520syndrome,%25C3%25A9lectromagn%25C3%25A9tiques%252C%2520sans%2520preuves%2520cliniques%2520et). Elle a développé une sorte « d’allergie » aux ondes électromagnétiques. Quand elle a commencé à utiliser le (ou la) wifi, elle ressentait déjà une certaine gêne :

Quand j’utilisais le wifi, j’entrais dans un état de confusion. J'étais débile, je n’arrivais plus à aligner deux mots, ou recopier un texte.

Publicité

Au fil du temps, elle est devenue intolérante à un nombre de fréquences de plus en plus important.

Je ne supportais vraiment plus rien. Avant même que le téléphone ne sonne, j’étais prise de maux de tête.

28 min

L’inconfort est tel qu’elle peine à trouver un endroit où elle serait épargnée par les ondes. Elle trouve d’abord refuge dans une roulotte, au bout d’un jardin d’amis, entouré d’une zone blanche de 20 mètres carrés.

J'ai mis mon appartement en vente. Je me suis dit qu'il fallait faire le deuil d'une vie qui n'était plus pour moi. 

En été.
En été.
© Radio France - Marine Richard

C’est en rendant visite à des amis dans l’Ariège qu’elle tombe par hasard sur une maison qui lui permet de se sentir bien. Elle décide donc d'emménager dans la région : logeant d'abord dans une maison, elle emménage ensuite dans une bergerie abandonnée, où elle vit trois ans seule avant d'entamer une relation avec son plus proche voisin, qui deviendra le père de son enfant.

Il n'y a pas d'accès routier. Je n'avais pas de téléphone, d'électricité. 

Marine vit dans un état de béatitude, de joie et de bien être, loin du tumulte des zones urbaines et des troubles provoqués par les ondes. 

Le jour où la torture s'arrête, on éprouve un soulagement vraiment intense. J'ai passé de très longues heures à méditer ici.

En automne.
En automne.
© Radio France - Marine Richard
En hiver.
En hiver.
© Radio France - Marine Richard

Camille, lui, n’est pas électrosensible. À 25 ans, il a suivi l’appel de la montagne où il a décidé de vivre.

Je viens de Versailles. Ma famille a mis un peu de temps à me comprendre.

Un beau jour, après un voyage en Inde, il décide de déménager loin de tout, en pleine communion avec la nature et les éléments :

Je suis allé voir sur "le bon coin", j’ai vu un lopin de terrain à vendre. Le matin de Noël, j’y étais.

Orientation plein sud, une source d’eau claire, une baignoire extérieure avec vue s’il-vous-plaît : le terrain qu’il a trouvé est un petit paradis. S’il vit seul au milieu des arbres, des oiseaux et des chevreuils, Camille souligne tout de même le besoin de retrouver ses pairs de temps à autre :

L’homme n’est pas fait pour vivre isolé. Quand j’ai besoin de faire des rencontres, je descends pendant quarante minutes le sentier qui conduit à la route et prends un bus pour aller au bal du village !

29 min

Reportage : Inès Léraud, Alice Sternberg

Réalisation : Anne Kobylak, Emily Vallat

Merci à Marine Richard et Camille. Vous pouvez (re)découvrir la série d'Inès Léraud La vie sauvage, l’enfance de Lou et Luyana sur son site.

Musique de fin : "Sunny road", Emiliana Torrini - Album : Fisherman's woman, 2005 - Label : Rough Trade.

Première diffusion : 01/09/2016.

L'équipe

Alice Sternberg
Production
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Production
Mélissa Foust
Collaboration
Victor Kandelaft
Collaboration
Emily Vallat
Réalisation
Inès Léraud
Production déléguée
Anne Kobylak
Réalisation