Les familles Dhont et Tiberghien
 ©Getty - H. Armstrong Roberts
©Getty - H. Armstrong Roberts
©Getty - H. Armstrong Roberts
Publicité

Avec David Dhont et Guillaume Tiberghien, nous poursuivons notre plongée dans le Roubaix des familles riches qui ont fait, un temps, la réputation de la ville dans le monde entier.

La famille Tiberghien était une des principales familles de textile lainier dans la région de Tourcoing, près de Roubaix, en créant le groupe PJT. Guillaume Tiberghien est le fils d’un industriel de ce groupe et d’une femme originaire des Vosges.

Malgré leur aisance financière, les parents de Guillaume n’ont jamais fait étalage de leur richesse. Une manière d’être et de faire dont Guillaume a hérité. “J'ai toujours eu l'attention aux autres de ne pas les choquer par un mode de vie, par des choses qui m'auraient éloigné des gens plus simples et avec qui j'aimais vivre et échanger.”

Publicité

“Mes parents recevaient l'intendant en chef des armées chez nous. Il fallait absolument mettre les petits plats dans les grands. Puis moi j'étais là, dans mes petits souliers. Je devais avoir sept ans.” Guillaume

Le groupe PJT est racheté par Eduardo Malone et Jérôme Seydoux, du groupe Chargeurs, qui rachètent alors les entreprises de tissu lainier de la région et les font fermer progressivement.

“Malgré tout, ça a été effectivement un grand choc, mais surtout l'impression d'un très grand gâchis. Ce qui est terrible, c'est quand on voit les machines qui permettaient de faire des choses un peu exceptionnelles. Et quand on voit le savoir-faire du personnel qui est perdu.” Guillaume

27 min

David Dhont est architecte d’intérieur et designer à Marcq-en-Barœul, auprès de Roubaix. Son arrière-grand-père a travaillé en usine en Belgique, puis il est venu travailler en France. Il est devenu contremaître avant de monter sa propre entreprise dans le lin. Les autres branches de la famille de David étaient notaires, dans l’industrie ou les vins.

David a grandi dans une famille aisée, mais qui ne faisait pas partie des grandes familles du nord de la France. Son père était notaire et sa mère artiste. “Le statut de mon père dénotait avec la fantaisie de ma mère.”

“J'allais me baigner dans cette piscine de la maison Cavrois qui était une maison qui fait 1200 mètres carrés dans un très beau parc. Aujourd’hui, les gens viennent de partout dans le monde pour visiter cette maison de la famille Cavrois.” David

David a fréquenté différents établissements scolaires : à l’école Jeanne-d ’Arc, les autres élèves, issus d’un milieu aisé, se moquaient du mode de vie de sa mère, et lorsqu'il était en lycée professionnel, un de ses profs lui disait qu’il n’y avait pas sa place puisque son père était notaire.

“J'ai pris conscience que je ne faisais pas partie de cette lignée de grandes familles de façon directe, assez tardivement, quand j'avais 17-18 ans. Je ne faisais pas partie des soirées qui se faisaient dans certaines maisons ou des week-ends sur le bord de l'eau au Touquet. Je n'avais pas de regrets à ne pas appartenir à ce milieu qui me paraissait un peu complexe et futile.” David

À réécouter : Le quartier de l'Alma
28 min

Merci à David Dhont, Guillaume Tiberghien, Frédéric Motte, Juliette Desmarescaux, Emmanuelle Lequien, Yves et Maurice Decroix.

  • Reportage : Alain Lewkowicz
  • Réalisation : Yaël Mandelbaum
  • Mixage : Benjamin Vignal

Musique de fin : This Masquerade par Nils Landgren