Monument à l'entrée de Kigali
Monument à l'entrée de Kigali
Monument à l'entrée de Kigali - Sonia Kronlund
Monument à l'entrée de Kigali - Sonia Kronlund
Monument à l'entrée de Kigali - Sonia Kronlund
Publicité
Résumé

Portrait de la ville de Kigali et de son développement économique à marche forcée un samedi d’Umuganda, travaux d’intérêt général obligatoires. Avec Marcel Kabanda, historien, Paul Kagamé lors d‘un meeting, une veuve hutu et les habitants d’un bidonville de Kigali.

En savoir plus

Nous sommes à Kigali au Rwanda, un samedi d’Umuganda, ces travaux d’intérêts général auxquels tous les habitants sont sommés de participer, pour apporter leur pierre à l’édifice de modernisation croissante du pays.  

Tout le monde participe, c’est obligatoire, on ne peut pas ne pas participer. (Un habitant)

Publicité

Des travaux qui rappellent quelque part, pour cet homme, la mémoire du génocide perpétré contre les Tutsis d’avril à juillet 1994, son mécanisme institutionnel.

La participation au génocide pouvait être considérée par chacun comme un travail d’intérêt général. 

Aujourd’hui, l’Umuganda vise à instaurer la modernité dans la capitale. Le président Paul Kagamé se félicite dans un discours de la réussite économique du pays, qui a l’un des taux d’alphabétisation les plus fort et l’un des taux de corruption les plus faibles d’Afrique.

Je me dis que si quelqu’un était venu il y a vingt ans il ne reconnaîtrait pas cet endroit. 

Kigali, si propre, ne cesse de grandir, on ne sait plus où en est le centre. 

Evidemment, cette réussite a ses revers. L’autorité de Kagamé impose son ordre à la ville florissante. Dans un quartier, tous les toits des maisons doivent être peints en rouge. 

Dans une buvette au toit bleu, un professeur d’anglais témoigne.

Il y a beaucoup de chômeurs. Beaucoup d’intellectuels, mais c’est difficile de trouver du travail. 

A la fin de la visite, nous rencontrons une veuve hutu. Pour elle, il est encore difficile de parler du génocide. 

J’ai perdu mon mari en 98. Je ne veux pas en parler. Je n’y arrive pas. Ce qui s’est passé pour nous, on n’a pas le droit de le dire. Alors on ne le dit pas, ça reste à l’intérieur.

  • Reportage : Sonia Kronlund
  • Réalisation : Emmanuel Geoffroy (et Thomas Jost)

Première diffusion le 31/03/2014

À réécouter : Rwanda : Innocent

Deux chansons d'Elise Rida (guitare) en bonus

Chanson d'Elise 1

1 min

Chanson d'Elise 2

2 min

L'"Umuganda" du Président Paul Kagamé, suivi de son discours au peuple rassemblé. (Vidéo ci-dessous)

Boutiques fermées
Boutiques fermées
- Sonia Kronlund
Centre ville désert
Centre ville désert
- Sonia Kronlund
Marcel Kabanda (à gauche), historien
Marcel Kabanda (à gauche), historien
- Sonia Kronlund
Une femme qui nettoie les troncs d'arbres
Une femme qui nettoie les troncs d'arbres
- Sonia Kronlund
Sur le chantier
Sur le chantier
- Sonia Kronlund
La foule
La foule
- Sonia Kronlund
La foule 2
La foule 2
- Sonia Kronlund
Paul Kagamé avec une Rwandaise
Paul Kagamé avec une Rwandaise
- Sonia Kronlund

Playlist à emporter

En cliquant sur "Ajouter à..." vous pourrez récupérer tout ou partie  de la playlist de cette émission sur Spotify, Deezer ou Youtube.  

Références

L'équipe

Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Sonia Kronlund
Production
Charlotte Bienaimé
Production déléguée
Elise Andrieu
Production déléguée
Jérôme Sandlarz
Production déléguée
Bahar Makooi
Production déléguée
Leila Djitli
Production déléguée
Olivier Minot
Production déléguée
Rémi Dybowski Douat
Production déléguée
Sandrine Chapron
Collaboration
Sophie Knapp
Production déléguée
Inès Léraud
Production déléguée
Delphine Saltel
Production déléguée
Stéphanie Thomas
Production déléguée
Marion Guénard
Production déléguée
Farida Taher
Production déléguée
Amaury Chardeau
Production déléguée