Théo et la longue attente aux urgences

Elsa Scicluna et Karim Comacle
Elsa Scicluna et Karim Comacle ©Radio France - Rémi Dybowski-Douat
Elsa Scicluna et Karim Comacle ©Radio France - Rémi Dybowski-Douat
Elsa Scicluna et Karim Comacle ©Radio France - Rémi Dybowski-Douat
Publicité

C’est l’histoire d’une longue attente aux urgences pédiatriques qui s’achève par un drame. Aurait-il pu être évité ?

Le 17 juin 2018, naît Théo, le premier enfant d’Elsa et Karim. Les premiers mois du nouveau-né se passent très bien jusqu’en janvier 2019.

“Le mardi 15 janvier 2019, Théo va avoir sept mois. Il se réveille en pleurant. Quand je le vois à ce moment-là, je me dis qu'il y a quelque chose qui ne va pas, qu'il faut qu'on consulte. En premier, j'appelle le médecin traitant. La secrétaire me dit qu'il n'y a pas de place et, au vu de ce que je décrivais, elle me conseille de voir avec les urgences directement.” Elsa

Publicité

A 12h30, les parents arrivent aux urgences pédiatriques de l’hôpital de Roanne. Un interne ausculte Théo. Il ne voit rien d’inquiétant, peut-être un rhume, et suggère à Elsa et Karim de revenir si d’autres symptômes apparaissent.

A 18h, constatant de nouveaux symptômes inquiétants, les parents se rendent de nouveau aux urgences pédiatriques, où ils attendent pendant plusieurs heures.

“Dans la salle d'attente, on voit les infirmières passer, on voit l'interne passer de temps en temps. Il y en a, qui étaient là avant nous, qui attendent toujours. Il y en a qui abandonnent aussi, qui repartent.” Karim

A 1h du matin, Elsa, Karim et leur enfant sont reçus par le même interne qu’à midi.

“Des gardes de 24h quand il n'y a pas trop de monde, je pense que physiquement et psychologiquement ça va. Mais quand on enchaîne les patients sans s'arrêter, c'est compliqué.” Elsa

“L’interne nous dit qu'ils vont faire une prise de sang et qu’en fonction de la prise de sang ils verraient s’ils nous gardaient ou pas, mais que de toute façon c'était compliqué ce soir-là parce qu'il y avait très peu de lits pour garder Théo.” Elsa

Une heure et demie plus tard, l’interne revient vers eux. Il ne voit rien d’inquiétant dans la prise de sang et pense à une gastro-entérite. Elsa et Karim rentrent chez eux avec Théo.

“Il dort, il se réveille en pleurant, je lui donne à manger, il vomit. Il ne mange pas, ne boit pas et ça fait presque 24h que ça dure.” Karim

Le lendemain matin, vers 6h, Elsa constate que Théo va très mal. Ils appellent les secours.

“Karim sort dehors pour attendre les secours. Moi, je reste dans le salon avec Théo et c'est à ce moment-là qu'il part dans mes bras.” Elsa

Les pompiers puis le Samu tentent de réanimer Théo, en vain. Une autopsie est réalisée, révélant l’origine du décès : une invagination, dont a découlé une septicémie.

En 2019, une enquête a été ouverte pour homicide involontaire par négligence contre X. Quatre ans plus tard, les conclusions n’ont pas encore été rendues.

À réécouter : Nuit noire aux urgences
Les Pieds sur terre
28 min

Merci à Elsa Scicluna et Karim Comacle.

  • Reportage : Rémi Dybowski-Douat
  • Réalisation : Etienne Gratianette

Musique de fin : The Fix par Elbow ft. Richard Hawley

À réécouter : "Hôpital public"
Le Temps du débat
37 min

L'équipe