Défilé des étudiants de l'université de Prague lors des obsèques de Jan Palach le 27 janvier 1969.
Défilé des étudiants de l'université de Prague lors des obsèques de Jan Palach le 27 janvier 1969.
Défilé des étudiants de l'université de Prague lors des obsèques de Jan Palach le 27 janvier 1969. ©Getty - Keystone-France
Défilé des étudiants de l'université de Prague lors des obsèques de Jan Palach le 27 janvier 1969. ©Getty - Keystone-France
Défilé des étudiants de l'université de Prague lors des obsèques de Jan Palach le 27 janvier 1969. ©Getty - Keystone-France
Publicité
Résumé

Suite à l'immolation du jeune étudiant Jan Palach, le 16 janvier 1969 sur la plus grande place de Prague, une partie de la jeunesse tchèque va faire le choix de rester libre, pas seulement pour faire la fête, mais pour vivre selon sa propre vérité, une vérité qui se vit au rythme du rock’n’roll.

En savoir plus

Comme on l'a vu dans le premier épisode de ce podcast, l'invasion par les troupes du Pacte de Varsovie a eu raison du Printemps de Prague. Les réformes du "socialisme à visage humain" ont été abandonnées et tous ceux qui en étaient à l’origine, parmi lesquels Alexander Dubček, ont été écartés du pouvoir. De leur côté, les artistes sont soumis à la censure, il n’est plus question de chanter la liberté et l’amour. Sous la pression de l’Union soviétique, la Tchécoslovaquie ré-adopte une politique autoritaire sur le modèle du stalinisme. Toute tentative de contestation est désormais sévèrement réprimée. C’est ce qu'on appelle la "normalisation".

Mais alors que le peuple accepte impuissant ce sort qui lui est imposé, un jeune homme refuse de se soumettre. Il s’appelle Jan Palach. Comme le chanteur des Primitives, Jan Palach est prêt à tout pour défendre ce qu’il aime. En l’occurrence la liberté. En 1968, lors du Printemps de Prague, il a 20 ans et étudie la philosophie et l’histoire. Il est un étudiant ordinaire. Pourtant, le 16 janvier 1969, il va commettre un acte extraordinaire. Ce jour-là, le jeune homme se rend sur la place Wenceslas, la plus grande place de Prague. Il est 15h et il y a foule, les gens sortent du travail. C’est à ce moment qu’il s’asperge d’essence et s’immole. Par la force de son geste, Jan Palach a réveillé les consciences de ses semblables. À sa suite, toute une part de la jeunesse tchèque va faire le choix de rester libre, non pas seulement pour faire la fête, danser ou chanter, mais bien pour vivre selon sa propre vérité, une vérité qui se vit au rythme du rock’n’roll et que chantent entre autres les Plastic People.

Publicité

Ce podcast est destiné en priorité aux élèves du cycle terminal (classes de Première et de Terminale) et de l'enseignement supérieur.

  • "Il était une fois en Tchécoslovaquie", trois épisodes issus de "Sonar", un podcast proposé par Pablo Cabel

Lauréat de l'appel à projets 2021 lancé par France Culture, ce podcast n'a pas été produit par les équipes de Radio France, qui en assure seulement l'hébergement pour une diffusion numérique.

Références