Vratislav Brabenec, saxophoniste et figure de proue de The Plastic People of the Universe
Vratislav Brabenec, saxophoniste et figure de proue de The Plastic People of the Universe
Vratislav Brabenec, saxophoniste et figure de proue de The Plastic People of the Universe ©Getty - Hiroyuki Ito
Vratislav Brabenec, saxophoniste et figure de proue de The Plastic People of the Universe ©Getty - Hiroyuki Ito
Vratislav Brabenec, saxophoniste et figure de proue de The Plastic People of the Universe ©Getty - Hiroyuki Ito
Publicité
Résumé

Dans ce troisième et dernier épisode, on verra comment Václav Havel est passé du statut de dissident à celui de héros et devenu le père de la nouvelle Tchécoslovaquie en novembre 1989. Et comment cette Révolution de velours, qui n'a fait aucune victime, s'est déroulée au son du rock'n'roll.

En savoir plus

À la fin des années 1970, en Tchécoslovaquie, le dramaturge Václav Havel, initiateur de la Charte 77 et le groupe de rock'n'roll The Plastic People of the Universe (PPU) deviennent des symboles de la lutte contre le régime communiste. Pour mettre un terme à ces actes de subversion qui émanent de la scène artistique, musicale en particulier, les autorités tchèques utilisent tous les moyens dont ils disposent : arrestations, censure, interdictions des concerts. Mais toute la violence du gouvernement et des bureaucrates du parti unique n’a pu que freiner la victoire de la liberté, elle n’a pu l’empêcher. Moins de trois semaines après la chute du Mur de Berlin, le 24 novembre 1989, le parti unique tchèque annonce son retrait du pouvoir. 

En quelques jours seulement, l’un des régimes les plus autoritaires du bloc soviétique s’effondre et Václav Havel est appelé au pouvoir. Le dramaturge passe du statut de dissident à celui de héros national. Et devient le père de la nouvelle Tchécoslovaquie, un pays libre, désormais affranchi de la tutelle de l’URSS, elle-même engagée dans la Perestroïka. La censure est abolie, la création de nouveaux partis politiques est autorisée, 16 000  prisonniers politiques sont libérés, la police d’État est démantelée, et des élections libres sont annoncées. Parmi les prisonniers politiques libérés, Ivan Jirous, l’ancien directeur artistique des Plastic People, s’implique dans la nouvelle scène punk pragoise. Ainsi, la musique, en même temps que le peuple tchèque, retrouve sa liberté. 

Publicité

C’est ce lien étroit entre histoire et musique que se propose de mettre en lumière ce troisième et dernier épisode du podcast consacré à l'histoire contemporaine de la Tchécoslovaquie.

Ce podcast est destiné en priorité aux élèves du cycle terminal (classes de Première et de Terminale) et de l'enseignement supérieur.

  • "Il était une fois en Tchécoslovaquie", trois épisodes issus de "Sonar", un podcast proposé par Pablo Cabel.

Lauréat de l'appel à projets 2021 lancé par France Culture, ce podcast n'a pas été produit par les équipes de Radio France, qui en assure seulement l'hébergement pour une diffusion numérique.

Références