Times Square, New York City, 1927.
Times Square, New York City, 1927. ©Getty - Archive Holdings Inc.
Times Square, New York City, 1927. ©Getty - Archive Holdings Inc.
Times Square, New York City, 1927. ©Getty - Archive Holdings Inc.
Publicité

Les Scènes de la vie future ont pour auteur Georges Duhamel. C’était un important. Prix Goncourt, membre de l’Académie française et tant d’autres honneurs, qui l’avaient transporté dans la catégorie : intouchable. Touchons-le.

Voici un livre d’une stupidité extraordinaire. Comme toute stupidité, elle est révélatrice, hélas. La stupidité est plus répandue dans le monde que l’intelligence.

Le livre date de 1930. Il est un des premiers à condenser ce que j’appellerais la haine moyenne de l’Amérique. Elle couvait depuis longtemps. Que les Etats-Unis, ou plutôt la politique américaine, soient critiquables, c’est évident ; le curieux est la façon dont la critique s’est développée en France pour engendrer, au XXIe siècle, une unanimité nationale. Il y a dans le fond de notre pays une rage antiaméricaine fondée…

Publicité

A la fin des années 1920, après quelques années mouvementées, Georges Duhamel fait un voyage de quelques semaines d’où il rapporte ce livre. Nous pourrions avoir le même aujourd’hui, à peu de choses près, signé Marine Le Pen, Jean-Pierre Chevènement ou Jean-Luc Mélenchon. Un esprit de supériorité envers l’Amérique qui, en fait, est pourri de complexes.

Duhamel peste pour commencer contre les formulaires d’entrée dans le pays. Cela lui prend des pages. Après cela, tout l’indigne. Le cinéma, une horreur ! On fait la queue ! C’est un monstre, il emploie le mot, destiné "aux foules que l’âme semble déserter". Quant à la musique, je cite, "elle est égorgée par des nègres, comme les gorets du Middle-West". Ne cherchez pas de raisonnement. Duhamel, qui se croit un civilisé, avance à coups de magie. Il ne s’est pas déplacé pour voir une altérité : il est venu conforter un préjugé. On y arrive toujours. Rien n’est plus facile à convaincre qu’un préjugé.

Les Nuits de France Culture
4h 40

L'équipe