Un soldat rejoint des manifestants à Khartoum le 18 avril 2019
Un soldat rejoint des manifestants à Khartoum le 18 avril 2019
Un soldat rejoint des manifestants à Khartoum le 18 avril 2019 ©AFP - Ozan Kose
Un soldat rejoint des manifestants à Khartoum le 18 avril 2019 ©AFP - Ozan Kose
Un soldat rejoint des manifestants à Khartoum le 18 avril 2019 ©AFP - Ozan Kose
Publicité
Résumé

Et ailleurs, comment se mobilise-t-on ? L'occasion de revenir sur les mobilisations en dehors de nos frontières.

avec :

Pap Ndiaye (Historien, spécialiste de l'histoire des États-Unis), Sophie Bessis (Historienne, spécialiste de l'Afrique subsaharienne et du Maghreb), Lun Zhang (professeur d'Etudes chinoise à l'Université de Cergy- Paris, professeur du Collège d’Etudes mondiales (FMSH, Paris) et rédacteur en chef du site « Chine : histoire et avenir »).

En savoir plus

Nous voici donc au terme d’une semaine consacrée à l’actualité des mobilisations dans l’espace public. Actualité chargée cette année, comme les Marches pour le climat et le mouvement des Gilets jaunes ont pu en témoigner. Depuis lundi, nous réfléchissons à ce que disent ces mobilisations de l’état de notre démocratie : en quoi elles portent les stigmates d’une crise de la représentation ; mais aussi en quoi elles renouvellent les modes d’intervention, les manifestations et les occupations de places donnant lieu à de grands élans de créativité… quand celle-ci n’est pas entravée par la violence : maintenir l’ordre en démocratie, c’était notre débat, tendu, de mercredi.       

Il nous restait à décaler notre regard, à voir comment on se mobilise ailleurs. Là encore, quelle actualité ! Aujourd’hui, en Algérie, c’était la fête de l’indépendance : ce fut aussi un nouveau vendredi de protestation, le 20e depuis le début d’un mouvement qui a déjà obtenu le départ du président Bouteflika et qui demande désormais à aller bien au-delà. Au Soudan, c’est la rue qui a obtenu le départ de celui qui paraissait indéboulonnable : Omar el-Bechir. Le mouvement, déclenché suite au triplement du prix du pain, a conduit à une transition politique, toujours en cours. Et puis Hong-Kong, bien sûr, qui commémorait lundi dernier le 22e anniversaire de sa rétrocession à la Chine. L’occasion, cette année plus encore que les autres, pour la population hongkongaise de manifester en faveur de la démocratie : c’est une marée humaine qui a défilé, pour dire non à une loi facilitant les procédures d’extradition vers la Chine continentale. 30 ans après Tiananmen.

Publicité
Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Jean Birnbaum
Production
Nathalie Salles
Réalisation
Mathieu Maroudin
Collaboration