Leçon inaugurale des Rencontres de Pétrarque ©Radio France - Chloé Leblond
Leçon inaugurale des Rencontres de Pétrarque ©Radio France - Chloé Leblond
Leçon inaugurale des Rencontres de Pétrarque ©Radio France - Chloé Leblond
Publicité
Résumé

En ouverture des Rencontres de Pétrarque 2018, dont le thème est "Hommes-femmes, des lendemains qui changent", Wassyla Tamza réfléchit à l'après MeToo. Est-ce que rien ne sera plus comme avant ?

avec :

Wassyla Tamzali (essayiste, ancienne avocate à Alger et ancienne directrice des droits des femmes à l'Unesco, membre fondateur du Collectif Maghreb Egalité et directrice du centre d’art contemporain « Les ateliers sauvages »).

En savoir plus

Un cataclysme : c'est ce qu'aura provoqué l'affaire Weinstein dans une partie du monde. La libération de la parole des femmes, incarnée à travers le mouvement MeToo a été un révélateur des violences que celles-ci subissent au quotidien. Mais ce mouvement est-il fait pour durer ? Rien ne sera plus comme avant ? C'est à ces questions que va répondre l'avocate algérienne Wassyla Tamzali, pour la leçon inaugurale des 32e Rencontres de Pétrarque.

Wassyla Tamzali a été avocate à Alger, puis directrice des droits des femmes à l’Unesco, à Paris. Aujourd’hui, elle partage son temps entre l’écriture et les actions militantes au sein du mouvement féministe maghrébin et pour un dialogue entre les peuples de la Méditerranée.

Publicité

Le mouvement MeToo est essentiellement de l'Occident, puisqu'il démarre aux Etats-Unis, il s'approfondit au Canada. En France, il commence à prendre ses marques, et on peut dire que dans les pays Arabes, il a eu très peu d'effet. Mais j'apprécie que les organisateurs de ces Rencontres demandent à quelqu'un, qui est peut-être choisi parce qu'elle a une distance critique par rapport à ces sujets, qu'on demande à une Algérienne ce qu'elle pense de la situation.

Wassyla Tamzali
Wassyla Tamzali
© AFP - ALAIN JOCARD

Si j'arrive à savoir où j'en suis et où je suis en étant toujours ailleurs, c'est parce que j'ai toujours un cap, un vieux mot honni, qu'on a jeté un peu partout, qui s'appelle l'universalisme.

Dans le monde musulman, aujourd’hui, on dit que les femmes qui portent le voile sont consentantes parce que pour le moment on est dans une logique islamiste. Mais on dira autre chose quand on sera dans une logique féministe!

Références

L'équipe

Hervé Gardette
Hervé Gardette
Hervé Gardette
Production
Jean Birnbaum
Production
Mathieu Maroudin
Collaboration