Lev Termen avec son instrument
Lev Termen avec son instrument ©AFP - RIA NOVOSTI / SPUTNIK
Lev Termen avec son instrument ©AFP - RIA NOVOSTI / SPUTNIK
Lev Termen avec son instrument ©AFP - RIA NOVOSTI / SPUTNIK
Publicité

Laurent De Wilde revient sur ces grands maîtres de l'ether que sont Lev Termen, inventeur du Thérémine, et Maurice Martenot, inventeur des Ondes Martenot.

Lev Termen

Termen conçoit donc une sorte de pupitre, à l’intérieur duquel sont disposés les encombrants circuits, et d’où émergent deux antennes. La première, verticale, definit la hauteur du son produit et la seconde, horizontale, son volume. L’instrument se joue debout, la main droite tenant comme une baguette imaginaire que l’on approche plus ou moins de l’antenne avec une précision millimétrique, et la main gauche en coupelle que l’on déplace de bas en haut pour modifier l’intensité du son produit, qui ressemble étrangement à celui d’une scie musicale. Laurent De Wilde

Cette invention est tout simplement géniale. D’abord parce qu’elle constitue l’acte de naissance officiel de la musique électronique, mais également parce que son expression repose sur la maîtrise artistique d’ondes invisibles évoluant dans un ether mystérieux, objet de tous les fantasmes scientifiques - et mystiques - du moment. Laurent De Wilde

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Maurice Martenot

Plus timoré que son alter ego, il a imaginé de relier l’instrument, qui ressemble lui aussi à un pupitre, avec un fil enroulé autour du doigt dont les mouvements de va-et-vient, tout comme le Theremin, déterminent la hauteur de la note voulue. On joue dans l’air, mais de façon graduée, avec un petit repère au pied, solidaire du fil, qui indique sur un clavier fictif posé au sol, le nom de la note jouée. Laurent De Wilde

Le soir du 3 mai 1928, dans un Opéra bourré à craquer, l’inventeur joue acompagné de sa soeur au piano, un répertoire composé de pièces de Bach, Debussy, Schumann et Beethoven : jamais ces oeuvres n’avaient sonné comme ça. C’est un véritable triomphe. La presse, les musiciens, les compositeurs, le public, tout le monde en est persuadé, une nouvelle voix est née, les Ondes Martenot sont là, et pour rester. Laurent De Wilde

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Liste des musiques :

  • Schillinger,Mouvement électrique et pathétique, par Lydia Kavina
  • Grainger, Free Music n°1par Lydia Kavina
  • Tchaïkovski, Valse sentimentale en fa mineur, avec Clara Rockmore
  • Spellbound, de Mihlos Rosza
  • Good vibrations des beach boys
  • Vol du bourdon, de Rimsky-Korsakov
  • Pierre Vellones : Vitamines , par Maurice Martenot (orchestre Marcel Cariven)
  • Reynaldo Hahn : Ciboulette , Orchestre Philharmonique de Monte Carlo
  • Bach, Badinerie par Sylvette Allard
  • Arthur Honegger : Jeanne au bucher
  • Turangalila-Syphonie d’Olivier Messiaen - intervention de leonard bernstein en anglais
  • Jacques Brel : Ne me quitte pas

L'équipe

Etienne Menu
Production
Elodie Maillot
Production
Julie Gacon
Julie Gacon
Julie Gacon
Production
Simon Rico
Production
Laurent De Wilde
Production
Arnaud Contreras
Production
Matthieu Conquet
Production
Luc-Jean Reynaud
Réalisation
Elisabeth Miro
Réalisation
Gislaine David
Réalisation
Marie Plaçais
Réalisation
Yvon Croizier
Réalisation
Daniel Finot
Réalisation