CC Eric Dez -  Pixabey
CC Eric Dez - Pixabey
CC Eric Dez - Pixabey
Publicité
Résumé

Les mots qu'elles disent, elles ne les ont jamais exprimés ni à la psy, ni aux éducs, ni aux parents. Des paroles brutes et sans détour, mais aussi des silences, qui tous en disent long et fort sur la rage de s’en sortir. Trois portraits de "mauvaises filles" du Centre Educatif Fermé (CEF) de Doudeville, par Pauline Maucort.

En savoir plus

Un podcast original en trois épisodes pour une Expérience signée Pauline Maucort, réalisée par Gaël Gillon.

Avant l’enfermement, elles ne parlaient pas. Elles frappaient. Elles sont là pour six ou douze mois, huit jeunes filles de 15, 16 ou 17 ans, sous clé, au Centre Educatif Fermé (CEF) de Doudeville, en Seine-Maritime. Pauline Maucort nous fait entendre trois d'entre elles. Jugées ou en attente de jugement pour trafic, proxénétisme, crimes et actes de barbarie, elles sont surveillées par sept caméras et ne peuvent sortir d’une pièce sans qu’un adulte ne leur ouvre la porte. Elles purgent une peine éducative comme alternative à la prison, comprenant obligation de soin, remise à niveau scolaire, stages d’insertion professionnelle, cinq cigarettes par jour, coucher à 22 heures. 

Publicité

On ne leur donne pas la parole, elles la prennent, et c’est leur première Expérience d’expression comme sujets. Maintenant elles veulent qu’on les écoute, pas qu’on les juge, ni qu’on les soigne. Les mots qu’elles nous disent, elles ne les ont jamais exprimés ni à la psy, ni aux éducs, ni aux parents. On les entend se libérer à mesure que leur pensée, enregistrée en temps réel, s’élabore entre les silences, l’hésitation, les mots précipités de la colère. 

Les murs du CEF sont si fins qu’ils laissent entendre les cris des autres filles et des éducateurs. Les bruits des clés dans les serrures interrompent le propos. Elles réussissent pourtant à s’évader par les rêves, l’humour, et leurs histoires d’amour et d’amitié. 

Parce qu’elles ont survécu à mille vies avant d’arriver ici, elles ont des choses à dire sur la justice et les violences sociales. L’Expérience d’être entendues les font passer de déviantes à dissidentes, parce qu’elles mettent en mots la révolte avant qu’elle ne les déborde en pulsion. Leur prise de parole est politique, elle dit la rage de s’en sortir. C’est un acte de résistance à l’injustice des sanctions et à l’assignation aux normes de genre. 

ECOUTER LES 3 ÉPISODES DE LA SÉRIE, DANS SON INTÉGRALITÉ 

Episode 1

La première mauvaise fille a fugué du CEF pour rejoindre son ex qui la prostituait. Il est aujourd’hui en prison. Elle est revenue purger sa peine avec l’envie d’échapper au milieu et de se libérer du désir de l’autre. 

Episode 1

20 min

CC Doti Gabrielf
CC Doti Gabrielf
- Pixabey

Episode 2

La deuxième mauvaise fille est entrée dans une spirale de délinquance parce que l’adrénaline l’aidait à oublier ses problèmes, comme une drogue. Chaque convocation au tribunal était l’occasion de voir sa mère, enfin, se préoccuper d’elle.

Episode 2

18 min

CC Shitterphoto
CC Shitterphoto
- Pixabey

Episode 3

Quand elle arrive au CEF, la troisième mauvaise fille a le sourire, parce que ça lui évite la prison. Mais après une année enfermée, elle est très critique sur l’organisation qui fait souffrir les éducateurs comme les filles. Elle reconnaît pourtant que l’enfermement lui a appris la patience, "parce qu’au CEF, t’as pas le choix". Maintenant elle met toute sa rage dans la réalisation de son projet professionnel. 

Episode 3

19 min

CC Marisa04
CC Marisa04
- Pixabey

Pour aller plus loin

Vagabondes, voleuses, vicieuses. Adolescentes sous contrôle, de la Libération à la libération sexuelle : un livre de l'historienne Véronique Blanchard qui paraît ce 05 septembre 2019 aux éditions François Bourin

4 épisodes signés Pauline Maucort, à réécouter dans LSD ! : Les enfants enfermés ou l’éducation sous contrainte

Générique

Avec  : trois jeunes femmes du Centre Educatif Fermé de Doudeville

Prise de son : Sandrine Malon

Réalisation : Gaël Gillon

Un podcast original de Pauline Maucort