Bibliothèque Elsa Triolet à Bobigny pendant le confinement - lieu d'ateliers d'écriture post-confinement-
Bibliothèque Elsa Triolet à Bobigny pendant le confinement - lieu d'ateliers d'écriture post-confinement- - Penda Diouf
Bibliothèque Elsa Triolet à Bobigny pendant le confinement - lieu d'ateliers d'écriture post-confinement- - Penda Diouf
Bibliothèque Elsa Triolet à Bobigny pendant le confinement - lieu d'ateliers d'écriture post-confinement- - Penda Diouf
Publicité

Penda Diouf anime des ateliers d'écriture à la Maison des femmes de Saint-Denis, à la bibliothèque Elsa Triolet à Bobigny et dans des lycées à Pantin, Drancy et Bobigny. Dans le cadre du projet "La beauté du geste" et durant sa résidence d'artiste à la MC93, elle recueille ces récits post-confinement des habitants de Seine Saint-Denis. Comment vivre confinés dans des appartements trop petits ? Quels échos aux mobilisations contre les violences policières ? Une enquête intime et politique menée par Penda Diouf dans son département de confinement.

Un podcast original en 3 épisodes pour une Expérience signée Penda Diouf, réalisée par Doria Zenine

Ce documentaire a été enregistré pendant la résidence de Penda Diouf à la MC93 à Bobigny, dans le cadre du projet La beauté du geste. Le projet était d’écouter et d'écrire la parole de jeunes en Seine Saint-Denis, en lien avec leur expérience du confinement. C’était aussi pour Penda Diouf, l'occasion d’évoquer son attachement au département où elle a vécu 13 ans et débuté sa vie professionnelle.

Publicité

Au fil de ce documentaire à la première personne, Penda Diouf raconte sa vie en Seine-Saint-Denis, partage des souvenirs, recueille des témoignages et donne à entendre ce qui s’écrit durant les ateliers.

Ce sont des sillons questionnant la circulation, les déplacements et de la respiration qu'elle aborde comme une enquête intime et politique dans ce département. Ces textes évoquent pêle-mêle le rapport à la police, l’architecture urbaine, les mobilisations contre les violences policières, le rapport à l’art et à la créativité ainsi que le lieu singulier de la Maison des femmes.

Pendant cette pandémie, nous avons appris. On a appris à nos dépens la valeur des espaces, leur nécessité. On a dû séparer le personnel du professionnel, l'intime du familial, le nécessaire de l'utile. On a échoué à le faire. On a dû apprendre à quel point nos optionnels étaient vitaux, combien il est dur de ne pas avoir le choix. La pandémie nous a réduit à notre condition humaine, forçant notre égalité face à l'énormité de la situation. La pandémie nous a appris la valeur de nos acquis et nous a forcé à comprendre les moins bien lotis. Elle a changé notre regard sur les distances en nous interdisant de nous rapprocher. On a appris notre interdépendance, notre non résilience psychique, économique et sociale. On a appris que nos échelles de valeurs étaient fausses. On a appris à chercher du sens. 

Episode 1 : Promeneurs versus délinquants

Penda Diouf interroge le rapport aux forces de police en Seine-Saint-Denis. De jeunes habitant.e.s évoquent le confinement via des textes écrits en ateliers. 

Episode 1

16 min

Vue sur le quartier de la Villette à Aubervilliers
Vue sur le quartier de la Villette à Aubervilliers
- Penda Diouf

Episode 2 : Dire "bienvenue"

Episode consacré au réseau de lecture publique, au festival Hors-Limites et au conseil des jeunes de la MC93 à Bobigny ; récit des habitant.e.s du département.

Episode 2

20 min

Ghada Hatem, directrice de la Maison des femmes et Penda Diouf
Ghada Hatem, directrice de la Maison des femmes et Penda Diouf
- Yann Fressy

Episode 3 : Transformations

Quelles transformations présentes et à venir en Seine-Saint-Denis ? Retour sur les dernières manifestations du comité Adama pour la justice et évocation du rôle de La Maison des femmes de Saint-Denis pour prendre soin les un.e.s des autres.

Episode 3

22 min

Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres. Antonio Gramsci

Basilique de Saint Denis
Basilique de Saint Denis
- Penda Diouf

Pour aller plus loin

Jeunes textes en liberté

Tribune En Seine-Saint-Denis, le virus de la ségrégation raciale, par Rokhaya Diallo et Jérémy Robine, Libération, 7 mai 2020.

MC93, scène nationale de Seine-Saint-Denis à Bobigny

La MC93 devient un "Quartier Général" avec deux festivals : Les Récréâtrales de Ouagadougou dirigées par Aristide Tarnagda et le D-CAF créé par Ahmed El Attar au Caire

Générique

Prise de son : Eric Audra, Frederic Cayrou et Yann Fressy

Réalisation : Doria Zenine

Mixage : Philippe Merscher

Une création sonore de Penda Diouf

Remerciements

Merci à Rokhaya Diallo, Ghada Hatem, Florence Schreiber, Sebastien Zaegel, les jeunes de l’association Cap à Cité, le Conseil des Jeunes et l’Atelier des anciens de la MC93.

Merci également à l'équipe de la MC93.

Tous en scène
59 min
Le Journal de la philo
5 min

L'équipe