Louis Aragon et Elsa Trioler, dans les années 1960
Louis Aragon et Elsa Trioler, dans les années 1960 ©Getty - Keystone-France
Louis Aragon et Elsa Trioler, dans les années 1960 ©Getty - Keystone-France
Louis Aragon et Elsa Trioler, dans les années 1960 ©Getty - Keystone-France
Publicité

Dans ce dixième et dernier entretien, Louis Aragon et Francis Crémieux évoquent Elsa Triolet, omniprésente dans l'œuvre poétique de l'écrivain. S'il n'apparaît guère dans les écrits de la romancière, c'est pourtant elle qui peut nous en apprendre le plus sur lui.

Au terme de leurs entretiens, Francis Crémieux remarque auprès de Louis Aragon qu'ils n'ont finalement que très peu parlé d'Elsa. Ce dont l'écrivain s'excuse avant de raconter au micro du journaliste, tout ce que représente pour lui cette femme tant aimée. Très présente dans ses poèmes, il insiste sur son existence à part entière, et notamment par sa propre production littéraire.  

Elle n'est pas un mythe, mais un être de chair et d'esprit. L'essentiel de ma vie, ma vie. Enfin, l'être qui éveille en moi ma pensée, si souvent, qui n'est que le reflet de la sienne. Et comme, j'y insiste toujours, une femme réelle et socialement définie par l'activité qui est la sienne, l'écriture. Et l'importance, aux yeux de qui sait lire comme aux miens, de ce qu'elle écrit, de ce qu'elle dit.  

Publicité

L'entretien se poursuit finalement par l'arrivée d'Elsa Triolet. Celle-ci explique pourquoi, en tant que romancière, elle n'a pas fait le choix d'irriguer son œuvre de la présence d'Aragon qui, lui, a pourtant fait d'elle une figure centrale de sa construction poétique. Un choix qui ne tient selon elle, qu'au genre qui est le sien, celui du roman.  

Vous avez peut-être remarqué que je n'écris pas de poèmes. Et que dans les romans d'Aragon je n'apparais jamais. Ça tient au fait que ni lui ni moi ne nous racontons dans ce que nous écrivons dans nos romans. Je veux dire, nous n'écrivons pas de romans à clefs, nous n'écrivons pas de roman autobiographique. Ce n'est ni bien, ni mal, c'est un fait. Je n'ai aucune raison, je ne sais même pas par quel bout je m'y prendrais brusquement, pour introduire Louis dans mes romans. Elsa Triolet

L'entretien s'achève sur la volonté d'Elsa Triolet et de Louis Aragon de se lier dans la littérature comme dans la vie en publiant des œuvres croisées. Et s'assurer ainsi de demeurer ensemble. "Une chance" même, selon Elsa Triolet, d'être associés à jamais l'un à l'autre.  

J'ai l'impression qu'ainsi, on ne pourra pas nous séparer. Ce sont nos œuvres complètes, romanesques uniquement. Tous les romans d'Aragon, tous les miens qui paraîtront en se croisant, c'est-à-dire - je commence par moi puisque c'est ainsi - dans ces œuvres. Tome 1, Elsa Triolet, tome 2, Aragon, tome 3, Elsa Triolet, tome 4, Aragon, etc. Pour qu'on ne puisse pas nous séparer et mettre toutes les œuvres d'Aragon ensemble et toutes les miennes ensemble sur le même rayon. Avec les numéros qui se suivent parce que nous nous méfions de ce qu'il y aura après nous et même de notre vivant.  

L'équipe

Daphné Abgrall
Collaboration
Florian Delorme
Florian Delorme
Florian Delorme
Coordination