Série "Les chef d’œuvres du Musée du Louvre", Paris - Pauline Rousseau
Série "Les chef d’œuvres du Musée du Louvre", Paris - Pauline Rousseau
Série "Les chef d’œuvres du Musée du Louvre", Paris - Pauline Rousseau
Publicité
Résumé

Du vir latin à l’andrea grec, comment les valeurs masculines demandées (la force physique, le courage guerrier, la puissance sexuelle) ont-elles traversé l’histoire viriliste, de l’Antiquité à nos jours ?

En savoir plus

Cet épisode sondera le terreau d’une virilité plurielle en explorant les incidences de la naissance du patriarcat jusqu’à aujourd’hui. Selon les époques, le milieu (urbain ou rural), les univers sociaux, les sous cultures, les valeurs se réajustent. Les modèles se métamorphosent. L’idéal du courtisan diffère de celui du chevalier…  

Ce qui est très frappant quand on regarde la construction du féminin et du masculin à partir de l'antiquité gréco-romaine, c'est qu'on va voir un véritable système idéologique se mettre en oeuvre. Toutes les disciplines et tous les arguments d'autorité se sont en quelque sorte conjugués pour asseoir cette idée de la hiérarchie des sexes. C'est ce postulat originel de la supériorité du masculin sur le féminin. Olivia Gazalé

Publicité

Selon les époques, le milieu (urbain ou rural), les univers sociaux, les sous cultures, les valeurs se réajustent. Les modèles se métamorphosent. Au cours de la grande guerre, le mythe s’affaisse : les gueules cassées apparaissent comme une atteinte à la virilité. Entre les deux guerres, le fascisme redore le blason du « sur homme », au XIXe s, la virilité fanfaronne, au 21 e siècle, certains réactionnaires, arguant d’une crise se réfugient dans des conservatoires de la masculinité… 

Le malaise viril n'est pas nouveau. Quand on se plonge dans l'histoire, on se rend compte que l'idée de la crise de la virilité est aussi vieille que la virilité elle-même. Olivia Gazalé

Avec :

Lecture de textes : Christophe Hardy

Une série documentaire de Juliette Boutillier, réalisée par Vincent Decque

58 min

Partenariat

Cette semaine, LSD, La série documentaire est en partenariat avec Tënk, la plateforme du documentaire d’auteur, qui vous permet de visionner jusqu'au 11/06/18 le film Spirales de Marie Daniel (30 minutes, 2007) dont voici un résumé : Il nous arrive parfois de rencontrer des animaux étranges avec lesquels nous n'avons aucune ressemblance. L'escargot est de ceux-là. Il est pourtant partout, dans les jardins comme dans les histoires d'enfants. Allant contre notre habituelle volonté de rapidité et d'efficacité, l'escargot nous invite à prendre le temps. Prendre le temps ?... N'est-ce pas ennuyant ? Peut-être pas... Mais alors, prendre le temps de quoi faire ? De regarder et écouter.

puis jusqu'au 08/06/18 le film pour Onze footballeurs en or - Rhapsodie hongroise pour un ballon de Jean Christophe Rosé (65 minutes, 1996) dont voici un résumé : Entre 1950 et 1956, une équipe de football hongroise quasi imbattable, remportant des victoires aux scores impressionnants, devint la fierté du régime. Cette "Équipe d'or" sera aussi l'emblème de tout un peuple, rappelant à l'Occident l'identité magyare d'une nation qui n'acceptait pas d'être ravalée au rang de démocratie populaire. Ces joueurs et cette équipe idolâtrés symbolisèrent l'âme et le désir de réussite du peuple hongrois. Mais ces champions étaient aussi des hommes. Et lorsqu'en 1956, lors de l'insurrection de Budapest, le régime les envoya jouer sur les stades occidentaux, tandis que leurs frères se faisaient tuer sur les barricades, cela fut mal interprété : certains les accusèrent de vouloir avant tout préserver leurs intérêts... Pourtant, malgré les malentendus, l'histoire d'amour entre cette grande équipe et son pays ne cessera jamais : "l'Équipe d'or" a toujours épousé le destin de la Hongrie.

Références

L'équipe

Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Production
Maryvonne Abolivier
Collaboration
Alisonne Sinard
Collaboration