Repas végétalien
Repas végétalien
Repas végétalien ©Getty - Anna Blazhuk
Repas végétalien ©Getty - Anna Blazhuk
Repas végétalien ©Getty - Anna Blazhuk
Publicité
Résumé

Comment parler des vegans sans se prendre au piège de la posture, la leur ou la nôtre ?

En savoir plus

Qu’est ce qu’un vegan ? Un citoyen qui évite le plus possible les produits ayant nécessités l’exploitation d’un animal. Mais du coup aussi, parfois, un justicier de l’assiette fanatique et moralisateur, une figure contemporaine qu’on aime détester parce qu’elle nous bouscule, pointe nos contradictions, nous donne des leçons, et nous oblige à préparer un tarama végétal quand elle vient dîner et plus encore comme le raconte Franck Barraud "Quand j'ai annoncé à ma famille ou belle-famille que je devenais végétarien, c'était le silence qui accueillait l'information. Ma compagne de l'époque m'a dit que cela lui a fait comme si je luis annonçais que j'étais homo. "

Peut-être en misant sur la force des récits. Raconter plutôt qu’expliquer, juger ou convaincre. On se propose de réunir plusieurs histoires singulières de personnes qui livrent les étapes de leur “devenir Vegan”, de la scène traumatique initiale déclenchant la prise de conscience à l’adoption d’un nouveau mode de vie comme le raconte Barbara Constantine "J'ai 64 ans et quelques années avant la soixantaine, il m'est apparu comme évident de passer au véganisme. Quand j'étais enfant, je vivais à la ferme. Je me sentais très proche des animaux et c'était une souffrance de savoir qu'ils allaient être tués pour être mangés." Ou à la rechute. Comme un journal de bord de la conversion à plusieurs voix. Des récits qui, mis bout à bout, avanceraient en rébus et donneraient une idée complexe, plurielle, drôle et surprenante si possible, de ce choix de vie à la croisée du politique, du culturel et du générationnel. Car tout le monde n’a pas à surmonter les mêmes obstacles, selon qu’on a des problèmes de santé, qu’on est à l’aise financièrement, qu’on est issu d’une famille de bouchers, ou qui mange hallal, qu’on vit à la campagne ou dans un quartier hipsterisé. Mais une seule question subsiste, soulève Florence Burgat " Le fait de se distinguer en devenant végétarien ou, encore pire, végétalien, est insupportable à une communauté qui, auparavant, vous intégrait parfaitement bien à leur cercle. La question posée par le végétarien est : pourquoi continuer à tuer ?"

Publicité

Le documentaire est construit comme une succession de scènes qui avancent chronologiquement dans le processus de conversion, engueulades à la table familiale, prise de tête en cascade : " puis-je donner au chat des croquettes au poulet ? ", petits arrangements avec la crème fraîche, questions de santé, d’argent, d’amitié, défections ou radicalisation. Pour faire entendre de l’intérieur la pression de l’orthorexie comme des traditions alimentaires, le bien fondé et les limites de l’argumentaire militant.

Un documentaire de Delphine Saltel, réalisée par Vincent Decque

Ce documentaire a été diffusé pour la première fois le 13/5/19

Liens

Avec : Franck Barraud, ingénieur ; Julie S, employée d’un élevage porcin ; Jessica et Nadège Perez ; Florence Burgat, philosophe ; Ina Mihalache, écrivaine et réalisatrice ; Marcela Iacub, juriste et essayiste ; Barbara Constantine, écrivaine

Ce portail documentaire de la BNF dédié au végétarisme offre de nombreuses ressources et références bibliographiques utiles pour appréhender la question du végétarisme.

Site de l’Association Végétarienne de France

Entre dégoût et indignation morale : Sociogenèse d'une pratique militante. Article de Christophe Traïni sur la conversion à l’alimentation végétarienne, paru dans la Revue française de science politique, 2012/4.

Végétarisme et véganisme, autour de la notion de conversion : présentation des travaux de Laurence Ossipow, anthropologue, auteur de La cuisine du corps et de l’âme. A lire sur le site du collectif Solal, regroupant des chercheurs en sociologie de la consommation alimentaire.

Devenir végétarien : analyse de Florence Burgat à lire dans le numéro 12 de la revue Sens-Dessous (2013) sur le « manger ». En ligne sur Cairn.

Bibliographie

Partenariat

LSD, La série documentaire est en partenariat avec Tënk, la plateforme du documentaire d’auteur, qui vous permet de visionner jusqu'au 7/2/2022 le film de Elsa Maury , produit par le Centre Vidéo de Bruxelles Nous la mangerons, c'est la moindre des choses (65')

Références

L'équipe

Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Production
Delphine Saltel
Production
Vincent Decque
Réalisation
Delphine Saltel
Production déléguée
Annelise Signoret
Collaboration
Maryvonne Abolivier
Collaboration
Anahi Morales
Collaboration