Adrian Ludwig Richter, Fille sur le pré, vallée de l’Inn (Mädchen auf der Wiese: Inntal bei Hall)
Adrian Ludwig Richter, Fille sur le pré, vallée de l’Inn (Mädchen auf der Wiese: Inntal bei Hall)
Adrian Ludwig Richter, Fille sur le pré, vallée de l’Inn (Mädchen auf der Wiese: Inntal bei Hall)
Adrian Ludwig Richter, Fille sur le pré, vallée de l’Inn (Mädchen auf der Wiese: Inntal bei Hall)
Adrian Ludwig Richter, Fille sur le pré, vallée de l’Inn (Mädchen auf der Wiese: Inntal bei Hall)
Publicité
Résumé

La nature, nouveau berceau des Romantiques

En savoir plus

Nouvelle écoute - date de première diffusion : 22/04/19

La rêverie me délasse et m'amuse. Le réflexion me fatigue et m'attriste. Jean-Jacques Rousseau, 7ème promenade de "Les Rêveries du promeneur solitaire"

Publicité

En 1782, Les rêveries du promeneur solitaire de Jean-Jacques Rousseau signe à la fois une entrée dans le Romantisme et une ode à la contemplation. Nous sommes encore aux prémices du courant romantique et déjà le livre de Rousseau fonde les bases de ce nouveau regard posé sur le monde : subjectivité, sentiment, quête d’absolu l’emportent désormais sur la raison du siècle des Lumières. 

Le romantisme, c'est ne pas renoncer au sensible. Au début, le romantisme est plutôt un romantisme d'exigence intellectuelle. Par opposition au rationalisme cartésien, le romantique pense que le devoir de l'intelligence est d'aller vers le monde sensible Alain Vaillant

C’est dans la nature que ce temps long de la contemplation trouve sa voie chez les romantiques. Jean-Jacques Rousseau, mais aussi Franz Liszt, Ary Scheffer, John Keats ou encore Ludwig Van Beethoven déploient leur regard au bord des lacs, dans les prairies ou au cœur des orages, que contemplent à leur tour des personnes d’aujourd’hui, en quête de rêveries solitaires.

Le public dans ces années-là (début XIXème) aime assister à des scènes extrêmement dramatiques. Il y a des sujets terribles, pathétiques et cathartiques. Olivia Voisin 

Avec 

  • Marianne Alphant, écrivaine 
  • Alain Vaillant, professeur à l’Université et historien de la littérature 
  • Marco Martella, jardinier et écrivain
  • Augustin Leroy, étudiant en littérature
  • Emmanuel Reibel, professeur de musicologie
  • Olivia Voisin, conservatrice des Musées d’Orléans

Lectures : Pierre-Marie Baudoin ; Prise de son : Cyprien Delimerville, Benjamin Chauvin et Jean-Benoît Têtu ; Mixage : Eric Boisset

Un documentaire d’Elise Andrieu, réalisé par Véronique Samouiloff

Bibliographie

Liens 

Playlist

  • Jean-Philippe Rameau (Label : Ondine) - album "A basket of Strawberrys : pièces de clavecin pour piano"
  • Franz Liszt - "Au lac de Wallenstadt__"- interprété par Bertrand Chamayou (label : Naive Records)
  • Extrait de la Symphonie n° 6 de Beethoven - "Gewitter und Sturm" - dirigé par Herbert von Karajan (Berliner Philarmoniker)
  • Extraits de la bande originale du film "The bright Star" (Lakeshore records)
  • Nocture pour piano n° 3 - de F. Chopin, par Claire Huangci (Berlin classics)