Une caméra de vidéo surveillance signalée par un tag lors du passage de la manifestation contre la réforme des retraites le 11 janvier 2020 à Lyon, France
Une caméra de vidéo surveillance signalée par un tag lors du passage de la manifestation contre la réforme des retraites le 11 janvier 2020 à Lyon, France
Une caméra de vidéo surveillance signalée par un tag lors du passage de la manifestation contre la réforme des retraites le 11 janvier 2020 à Lyon, France ©Getty - Robert DEYRAIL
Une caméra de vidéo surveillance signalée par un tag lors du passage de la manifestation contre la réforme des retraites le 11 janvier 2020 à Lyon, France ©Getty - Robert DEYRAIL
Une caméra de vidéo surveillance signalée par un tag lors du passage de la manifestation contre la réforme des retraites le 11 janvier 2020 à Lyon, France ©Getty - Robert DEYRAIL
Publicité
Résumé

Même lorsque je n'utilise pas mon smartphone ou mon ordinateur, mon visage, ma démarche, mes déplacements sont scrutés par des caméras intelligentes qui alimentent des algorithmes de surveillance. La technologie peut-elle rendre les villes plus sûres ?

En savoir plus

Depuis quelques années, la vidéo surveillance automatique s'est implantée dans plusieurs villes françaises. Un mouvement de villes et d'entreprises qui espèrent rendre les cités plus sûres grâce à l'utilisation de solutions technologiques. Ce marché de la safe city est encore balbutiant en France mais certains mettent en garde contre ce qu'ils perçoivent déjà comme une délégation de la surveillance de l'espace public à des algorithmes. C'est le cas notamment de l'association La Quadrature du Net et de sa campagne Technopolice. Intrigué (et un peu inquiet) j'ai donc décidé d'aller observer avec ces militants les dispositifs de surveillance numérique installés dans nos villes pour comprendre ce qui leur fait si peur.  

Caméra automatique dans les rues

Dans une rue dans laquelle il y a des vols, la caméra peut zoomer et si une personne approche de cette zone dans un temps donné, la caméra envoie une alerte au centre de supervision urbain. Un focus est alors possible sur quelqu'un qui pourrait commettre un délit. Christian Belpaire

Publicité

Intelligence artificielle

L'intelligence artificielle en vision par ordinateur nécessite trois étapes essentielles. La première étape est de composer la base de données. La deuxième étape est l'apprentissage de l'algorithme et la troisième étape est l'intégration à un système existant. William Eldin

Les origines de la smart city

La smart city semble être au croisement de deux lignées historiques à la fois. L'approche sécuritaire du gouvernement des villes était déjà là avec les travaux du baron Haussmann dans le Paris des années 1860. Et, un siècle plus tard, c'est l'informatisation et le projet d'un gouvernement informatisé qui était à la mode dans ces années-là. Felix Tréguer

Avec : 

  • Christian Belpaire, Directeur Prévention, Sécurité, Tranquillité Publique de la Ville de Roubaix 
  • William Eldin, PDG de l'entreprise XXII 
  • Myrtille Picaud, sociologue spécialiste des marchés de safe city en France 
  • Les militant.e.s de la Quadrature du Net, Eda, Martin Drago, Felix Tréguer et Benoit Piedallu
Centre de contrôle et de surpervision des caméras urbaines de la ville de Nice
Centre de contrôle et de surpervision des caméras urbaines de la ville de Nice
© AFP - VALERY HACHE

Bibliographie 

- Elodie Lemaire, L'œil sécuritaire - Mythes et réalités de la vidéosurveillance (La Découverte, 2019) 

- Jérôme Thorel, Attentifs ensemble ! L’injonction au bonheur sécuritaire (La Découverte, 2013)

Liens

Articles :

Myrtille Picaud, Peur sur la ville : le marché des « safe cities », The Conversation, 26 mai 2020

Anne-Sophie Hourdeaux, Vidéo-surveillance à Roubaix : des technologies de pointe pour garder l’œil sur la ville, LilleActu, 17 janvier 2020 

Philippe Reltien, Reconnaissance faciale : officiellement interdite, elle se met peu à peu en place, France Inter, 5 septembre 2020 

Isis Von Plato, Reconnaissance faciale : envisager le portrait, AOC, 6 Août 2020

Kashmir Hill, The Secretive Company That Might End Privacy as We Know It, New York Times, 18 janvier 2020

Paul Mozur, One Month, 500,000 Face Scans: How China Is Using A.I. to Profile a Minority, New York Times, 14 avril 2019

Laura Fernandez Rodriguez et Mathilde Elie, "La smart city est-elle autoritaire ?", La Gazette des Communes, 17 septembre 2019.

CNIL, La plateforme d'une ville, Les données personnelles au cœur de la fabrique de la Smart City, Cahiers Innovation & Prospective n°5, 2017

La reconnaissance faciale est l’outil final de surveillance de masse, entretien avec Martin Drago, juriste et membre de la Quadrature du Net, à lire dans Regards, octobre 2019

Reconnaissance faciale : pourquoi la France veut-elle l'expérimenter ? Entretien avec Laurent Mucchielli, directeur de recherches en sociologie au CNRS. A lire sur le site de TV5Monde.

Peur sur la ville : le marché des « safe cities », Myrtille Picaud, publié dans The Conversation, mai 2020.

Site du manifeste de la lutte contre la Technopolice.

Faut-il surveiller la safe city ? Dossier de la Gazette des Communes, juin 2020.

Vers un mode « navigation privée » dans l’espace public ? Article à lire sur le site du Laboratoire d’Innovation Numérique de la CNIL

Autres liens : 

La Campagne Technopolice de La Quadrature du Net et sa cartographie 

Les technologies smart city de l'entreprise XXII 

Le rapport de Pete Fussey et Daragh Murray : [En Anglais] Independent Report on the London Metropolitan Police Service’s Trial of Live Facial Recognition Technology, 2019

En partenariat avec : 

Le magazine : 

LOGO l'ADN
LOGO l'ADN
Références

L'équipe

Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Production
Antoine Tricot
Production déléguée
Annelise Signoret
Collaboration
Maryvonne Abolivier
Collaboration
Rafik Zénine
Réalisation
Mathias Mégy
Collaboration