Une jeune femme se maquille en direct sur les réseaux sociaux.
Une jeune femme se maquille en direct sur les réseaux sociaux.
Une jeune femme se maquille en direct sur les réseaux sociaux. ©Getty - Witthaya Prasongsin
Une jeune femme se maquille en direct sur les réseaux sociaux. ©Getty - Witthaya Prasongsin
Une jeune femme se maquille en direct sur les réseaux sociaux. ©Getty - Witthaya Prasongsin
Publicité
Résumé

Entre vertu de l’empowerment et risque de l’épuisement de soi, que se passe-t-il du côté de ceux dont la vie privée est devenue la matière même de leur métier ?

En savoir plus

Avec les outils numériques, le mur de la vie privée est maintenant percé d’une multitude de fenêtres. À travers un œil-de-bœuf, un Judas ou une baie vitrée, chacun peut s’offrir un coup d’œil, appuyé ou furtif, sur la vie privée de ses voisins.  Jeux de regards croisés, besoin de voir autant que d’être vu : bien souvent, le regardeur est aussi regardé. Il participe à cette transaction, disséminant à son tour dans l’espace numérique des morceaux de vie privée. Lille, instagrameur, décrit cela comme une "exposition du sentiment“. Il ajoute, lui qui est queer : “Avec Instagram, on est dans cette exposition de l'intime. Je montre qui je suis et je m'affirme. C'est une affirmation. Les réseaux sociaux ont été salutaires dans cette construction de mon identité de genre et de mon expression de genre “.

Si pour certains c’est une recherche d’approbation et de reconnaissance qu’ils aimeraient parfois modérer, pour d’autres, c’est un métier, rémunéré, soumis aux lois de la concurrence et du marché. Alors, que se passe-t-il du côté de ceux dont la vie privée est devenue la matière même de leur métier ?

Publicité

Allison, une influenceuse explique : “On est plus investi que les autres parce que l’on vit grâce à notre image. Et, un peu aussi grâce à nos états d'âme. Même si parfois, je n'ai pas forcément envie de les partager, je me sens un peu obligée de le faire parce qu'on a toujours peur qu'on nous oublie“. Ambre, mère de famille et influenceuse, détaille les répercussions de cette exposition de sa famille sur les réseaux sociaux face à des abonnés chaque jour plus en demande d’authenticité.

Et si ces influenceurs ont conscience d’être dans une certaine mise en scène comme Lille l’évoque : “Je vois à quel point, au fur et à mesure, on construit une esthétique, une mise en scène de sa propre existence“, leur obligent “à se voir en face“ et à “avoir une vie plus consciente“.

Entre vertu de la libération de la parole et risque de l’épuisement de soi, qu’est-ce que les influenceurs et influenceuses nous racontent de l’évolution de notre rapport à notre propre vie privée ? Que devient la vie privée lorsqu’elle est chaque jour pensée comme un spectacle, une mise en récit qui doit être portée à la connaissance et à l’approbation d’autrui ?

*Le titre « Influenceurs influencés » est emprunté à un article de la sociologue Béatrice Guillier, spécialisée dans les pratiques numériques des adolescentes.

Un documentaire de Manon Prigent, réalisé par Séverine Cassar.****

AVEC

Ambre, mère de famille nombreuese, influenceuse, infirmière et pompier volontaire.

Lille, instagrameur

Allison, influenceuse

Béatrice Guillier, sociologue

Michaël Fœssel, philosophe

Gabrielle Stemmer, réalisatrice

Avec des extraits issus du film Clean with Me after Dark de Gabrielle Stemmer, et des vidéos des comptes Instagram et Youtube d’Allyfantaisies, Coucou les girls, Enjoy Phenix, Familledolbyambre et Le garçon du placard.

Merci à Sarah Clauzet, Fabien Granjon, Angela Lorente, Delphine Lamour-Pilcher, Mathias Théry.

Bibliographie

Le carnet de recherche en ligne de Béatrice Guillier

Nicole AUBERT, et Claudine HAROCHE. Les tyrannies de la visibilité. Être visible pour exister ?, Érès, 2011

Anaïs AUPEIX, Expositions de soi : journal intime et reconfiguration de l'intimité à l'heure d'Internet, thèse universitaire en Sciences de l'information et de la communication, Université Toulouse le Mirail - Toulouse II, 2013

Claire BALLEYS et Sami COLL, « La mise en scène de la vie privée en ligne par les adolescents », RESET, 4 | 2015

Mireille BERTON, « Fonctions du regard et du miroir dans Loft Story  », Décadrages, 1-2, 2003

Fausto COLOMBO, Yves JEANNERET « Contrôle, identité, parrhèsia : une approche foucaltienne du Web 2.0 », Communication & langages, vol. 180, no. 2, 2014, pp. 7-24.

Nick COULDRY, et Pierre-Élie REYNOLDS, « La téléréalité ou le théâtre secret du néolibéralisme », Hermès, La Revue, vol. 44, no. 1, 2006, pp. 121-127

Yannick ESTIENNE, « Un monde de verre : Facebook ou les paradoxes de la vie privée (sur)exposée », Terminal, 2011, pp. 108-109

Michaël FŒSSEL, La privation de l’intime, Paris, Seuil, 2008

Michaël FŒSSEL, « Partager l’intime », Sensibilités, vol. 6, no. 1, 2019, pp. 10-19.

Fabien GRANJON, Julie DENOUËL, « Exposition de soi et reconnaissance de singularités subjectives sur les sites de réseaux sociaux », Sociologie, vol. 1, no. 1, 2010, pp. 25-43.

Fabien GRANJON, « Inégalités numériques et reconnaissance sociale. Des usages populaires de l'informatique connectée », Les Cahiers du numérique, vol. 5, no. 1, 2009, pp. 19-44.

Dictionnaire encyclopédique et critique des Publics

Fabien GRANJON, « De quelques pathologies sociales de l'individualité numérique. Exposition de soi et autoréification sur les sites de réseaux sociaux », Réseaux, vol. 167, no. 3, 2011, pp. 75-103

Fabien GRANJON,. Introduction. Critique, reconnaissance et usages sociaux de l’informatique connectée In : Reconnaissance et usages d’Internet : Une sociologie critique des pratiques de l’informatique connectée, Paris, Presses des Mines, 2012

Eva ILLOUZ, Les sentiments du capitalisme, Paris, Seuil, 2006

Laurent MELL, « Une dialectique de la pudeur : les pratiques de mise en visibilité de soi sur Facebook », tic&société, Vol. 10, N° 2-3, 2ème semestre 2016 - 1er semestre 2017

Serge TISSERON, « Le désir « d'extimité » mis à nu », Le Divan familial, vol. 11, no. 2, 2003, pp. 53-62.

Serge TISSERON, « Intimité et extimité », Communications, vol. 88, no. 1, 2011, pp. 83-91

Richard SENETT, Les Tyrannies de l’intimité (The fall of Public Man), Paris, Seuil, 1979

Liens

[Les youtubeurs : les nouveaux influenceurs ! Article de Divina Frau-Meigs paru dans Nectart, n°5, 2017](https://www.cairn.info/revue-nectart-2017-2-page-126.htm https://bit.ly/3notJEo).

Quel rôle jouent les influenceurs auprès des consommateurs ? Résultats d’une enquête Ipsos publiés en novembre 2017.

Ilhem Fettous : Amateurs et/ou professionnels ? L’évolution des influenceurs digitaux vers une meilleure organisation des pratiques. Master en Sciences de l’information et de la communication, 2019.

L’autorité des jeunes influenceurs du Web dans le genre de l’« unboxing » : un cas d’étude français/italien, par Francesco Attruia. In Argumentation et Analyse du Discours n°26, 2021.

Les influenceurs, ces nouveaux chouchous de la grande consommation : enquête à lire sur le site du magazine LSA (Libre Service Actualités) décembre 2021.

Les micro-influenceurs seraient-ils en train de changer la manière dont nous construisons nos égos ? Article de Philippe Nassif paru en décembre 2021 dans l’ADN.

Références

L'équipe

Manon Prigent
Production
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Production
Séverine Cassar
Réalisation
Annelise Signoret
Collaboration
Maryvonne Abolivier
Collaboration
Anahi Morales
Collaboration