Réfugiés afghans et Érythréens sous les jambons de la charcuterie Petricorena de Saint-Etienne-de-Baïgorry
Réfugiés afghans et Érythréens sous les jambons de la charcuterie Petricorena de Saint-Etienne-de-Baïgorry
Réfugiés afghans et Érythréens sous les jambons de la charcuterie Petricorena de Saint-Etienne-de-Baïgorry  ©Radio France - Raphaël Krafft
Réfugiés afghans et Érythréens sous les jambons de la charcuterie Petricorena de Saint-Etienne-de-Baïgorry ©Radio France - Raphaël Krafft
Réfugiés afghans et Érythréens sous les jambons de la charcuterie Petricorena de Saint-Etienne-de-Baïgorry ©Radio France - Raphaël Krafft
Publicité
Résumé

Saint-Etienne-de-Baïgorry ou la tradition d'accueil de la culture basque.

En savoir plus

Pendant trois mois, de novembre 2015 à février 2016, le village de Saint-Etienne-de-Baïgorry a accueilli une cinquantaine de réfugiés venus de Calais pour leur offrir quelques semaines de répit et les accompagner dans leurs parcours migratoires.

La xénophobie naturelle ou instinctive, celle-là, on peut la faire tomber. Par contre le racisme idéologique, celui-là, il ne bouge pas.

Publicité

Les basques à Saint-Etienne-de-Baïgorry ont toujours entretenu avec la frontière une relation ambiguë. Ici la frontière est au fond un phénomène perturbateur.

La venue des migrants a permis à tout le monde de travailler ensemble et de faire groupe au-delà des anciens clivages.

Les habitants dans leur grande majorité, le conseil municipal, majorité et opposition confondues, les autorités préfectorales, les associatifs et les réfugiés sont unanimes : l'expérience fut un succès.

À travers ce documentaire qui explore à la fois la culture basque de l'accueil, son histoire et la volonté revendiquée dans ce village de cultiver des valeurs ouvertes à l'autre, Raphaël Krafft et Guillaume Baldy interrogent sur la nécessité ou non d'une identité forte pour permettre l'accueil ou du moins le rendre meilleur encore.

Une série de Raphaël Krafft, réalisée par Guillaume Baldy

Références

L'équipe

Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Production
Maryvonne Abolivier
Collaboration
Alisonne Sinard
Collaboration