Vie quotidienne à Alger
Vie quotidienne à Alger
Vie quotidienne à Alger - © INA
Vie quotidienne à Alger - © INA
Vie quotidienne à Alger - © INA
Publicité
Résumé

"C’était ça, notre vie quotidienne avant la guerre."

En savoir plus

Cet épisode dresse tout d’abord le tableau de l’univers traditionnel et familial, rythmé par des modes de vie et des croyances millénaires, dans lequel sont nés nos personnages.

Un univers, “d'images, de superstitions, de charade, de contes, de proverbes, de boutades, une langue tout entière, des marabouts, des esprits “, un mode de vie en somme aujourd’hui disparu et que Slimane Zeghidour veut modestement partager, car il espère qu’à travers “son récit personnel, intime et intimiste, se révèle un pan de toute une vie rurale algérienne que personne n'a jamais jugée digne d'intérêt pour qu'elle puisse figurer dans les annales de l'historiographie algérienne ou française.“

Publicité

Le documentaire décrit le monde plein d’inégalités et d’injustices dans lequel ils ont grandi. Qu’ils soient originaires des montagnes escarpées de Kabylie, des plateaux reculés des Aurès, ou des grandes villes algériennes, ils ont compris dès leur petite enfance que dans ces départements de la République Française qui composaient alors l’Algérie, ils n’étaient pas des citoyens comme les autres. Arezki Metref en témoigne : “La misère était générale. Enfin, la misère est relative. Il y a toujours plus pauvre et plus riche que soi. On a baigné dans un milieu plutôt pauvre, c'est évident, et la pauvreté était identifiée aux colonisés, c'est clair. C’est-à-dire que le rapport colonial produisait un rapport de domination au détriment des colonisés. On sentait qu’être Algériens, c’était d’être pauvre. “

Bien que largement majoritaires sur leurs propres terres, les Algériens étaient officiellement qualifiés d’indigènes par les autorités coloniales françaises et ne disposaient pas des mêmes droits que leurs voisins d’origine européenne. En grandissant à la fin des années 40 et au début des années 50, ils ont éprouvé individuellement et collectivement la montée du sentiment nationaliste. Si certains avaient la chance d’être scolarisé, ils se rappellent de ce que provoquait en eux les programmes de l’école coloniale comme le raconte Mohand Zeggagh : “Ce qui m'a frappé personnellement, je pense que je ne suis pas le seul, c'est que le programme ignorait totalement l'histoire algérienne, notre identité, notre histoire,“ ce qui, poursuit-il, provoquait presque “un sentiment schizophrénique car  on savait que ce n'était pas nous. Ça n'avait rien à voir avec nous, on était en train de nous imposer quelque chose et pourtant, il y a des choses auxquelles on s'est aussi attaché comme par exemple lorsqu’on apprenait les poèmes de Victor Hugo“.

Leurs récits nous permettent de comprendre les raisins et les raisons de la colère qui couvait au sein du peuple algérien depuis des décennies. Ils nous font découvrir les prémices du soulèvement indépendantiste algérien du 1er novembre 1954.

Un documentaire de Rafael Lewandowski, réalisé par Rafik Zénine.

AVEC :

Slimane Zeghidour, né en Kabylie en 1953. A passé l’essentiel de la guerre dans un camp de regroupement avec sa famille.

Messaoud Kafi, né dans les Aurès en 1943. Placé avec ses parents dans un camp de regroupement en 1957. Son père devient harki. Il fait de même un peu plus tard.

Idir Boudjemil, né à Ait Idir en 1930. Membre des Scouts Musulmans, puis membre actif du MNA en France, puis en Belgique.

Zineb Boudjelal, née à El Hamma, 99 ans (date de naissance inconnue). Épouse d’un maquisard du FLN qui a participé au déclenchement du soulèvement de novembre 1954.

Abdellah Bouraoui, né à Emdjez en 1936. Membre des Scouts Musulmans avant la guerre. Rejoint le maquis du FLN dès 1955. Puis soldat de l’ALN en Algérie jusqu’à l’Indépendance.

Djilali Leghima, né à Tizi Ouzou en 1931. Part travailler en France en 1951. Militant du MTLD, puis du FLN. Arrêté, torturé puis interné à Fresnes à partir de février 1961.

Mouloud Lahrech, né dans la wilaya de Skikda en 1934. Militant du MTLD. Rejoint le maquis du FLN en Août 1955. Puis soldat de l’ALN en Algérie jusqu’à l’Indépendance.

Ali Guessoum, né à Meftah en 1940. Dès le début de la guerre, affecté en tant que civil au transport d’armes et de vêtements pour le FLN, puis l’ALN. Arrêté et torturé plusieurs fois.

Arezki Metref, né à Aumale (aujourd’hui Sour El-Ghozlane) en 1952. A passé l’essentiel de la guerre avec sa famille dans un bidonville d’Alger, puis à la Cité des Eucalyptus.

Ali Agouni, né à Rouiba à Alger en 1938. Militant du MTLD, puis rejoint le maquis du FLN tout en restant messaliste. Arrêté et torturé, puis interné en Algérie jusqu’à l’Indépendance.

Mohand Zeggagh, né à Tamassit en Kabylie en 1938. Part pour la France en 1953. Entre en 1956 à l’OS du FLN. Arrêté en 1957, torturé, puis interné, notamment à Fresnes jusqu’en 1962.

Bachir Hadjadj, né à Ain Touta en 1937. Sert sous les drapeaux français de 1957 à 1959. Puis étudiant en France. Rejoint l’ALN en Tunisie fin septembre 1960.

Lalia Ducos-Helal, née à Cherchell en 1941. Après son baccalauréat, travaille à la mairie de Blida, puis part pour devenir esthéticienne en France. A son retour en Algérie, elle milite au sein de l’UNFA, l'Union Nationale des Femmes Algériennes.

Kamel Ouartsi, né à Guelma en 1938. Rejoint l’ALN en 1957. Envoyé en formation d’officier en Syrie, puis en Egypte. Rejoint « l’armée des frontières » en 1959 en Tunisie.

Nouredine Djoudi, né à Essaouira en 1934. Après des études d’anglais à Montpelier, il représente le FLN à Londres à partir de 1955, puis rejoint l’ALN au Maroc.

Partenariat

LSD, La série documentaire est en partenariat avec Tënk, la plateforme du documentaire d’auteur, qui vous permet de visionner jusqu'au 7/2/2022 le film de Villi HermannCHoisir à vingt ans (80')

Références

L'équipe

Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Production
Annelise Signoret
Collaboration
Maryvonne Abolivier
Collaboration
Rafik Zénine
Réalisation
Anahi Morales
Collaboration