La psychanalyse, plongée dans l'inconscient ?
La psychanalyse, plongée dans l'inconscient ? ©Sipa - "La Science des rêves", Michel Gondry (2006)
La psychanalyse, plongée dans l'inconscient ? ©Sipa - "La Science des rêves", Michel Gondry (2006)
La psychanalyse, plongée dans l'inconscient ? ©Sipa - "La Science des rêves", Michel Gondry (2006)
Publicité

Pendant la cure, le patient découvre le transfert, qui lui permet de confondre son analyste avec son père, son amant, sa mère. C’est souvent une bonne chose. Le transfert est changeant puisque tout est mobile en analyse.

Pendant la cure, le patient découvre le transfert, qui lui permet de confondre son analyste avec son père, son amant, sa mère. C’est souvent une bonne chose. Le transfert est changeant puisque tout est mobile en analyse. Il ne se fixe pas. Les surprises n’épargnent pas l’analyste : un patient l’exaspère, le rend très mélancolique, le séduit, habite ses rêves : que fait fait-il de ces affects et du contre-transfert ? Certains patients ont le souvenir d’une analyse « harmonieuse » ; d’autres parlent de semaines éprouvantes. Dans ce troisième volet, il sera aussi question des séances plus réussies que d’autres. « Ce qui est génial est parfois infime », dit Christophe du Fontbaré, ancien analysant et psychiatre à la clinique de La Borde. Que faut-il retrouver pendant l’analyse, qui s’est perdu avec le temps ? Est-il toujours question de sexualité en séance ? Oui, même lorsque le patient ne parle pas de sa sexualité. Sarah Contou-Terquem et Patrick Guyomard le pensent, et le disent.

Avec :

Publicité

Les patients Catherine Delarue-Breton (maître de Conférences en sciences du langage à l’ESPE de Créteil-UPEC) ; Kamel (médecin urgentiste) ; Didier Pourquery (journaliste), et Sophie Chauveau (écrivain, essayiste)

Les psychanalystes Patrick Guyomard, Catherine Chabert, Corinne Ehrenberg, Sarah Contou-Terquem, Christophe Paradas et Clarisse Baruch.

Extraits du film La Maison du docteur Edward d’Alfred Hitchcock

Archives Ina : Marine Decaens

Une série documentaire de Virginie Bloch Lainé, réalisée par Clotilde Pivin

Prise de son : Etienne Leroy, Laurent Lucas et Olivia Branger

Mixage : Manuel Couturier

L'équipe

Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Production
Maryvonne Abolivier
Collaboration