L'expulsion des Morisques par Gabriel Puig Roda (1894). Musée des beaux-arts de Castellón
L'expulsion des Morisques par Gabriel Puig Roda (1894). Musée des beaux-arts de Castellón
L'expulsion des Morisques par Gabriel Puig Roda (1894). Musée des beaux-arts de Castellón
Publicité
Résumé

Après avoir converti juifs et musulmans, les rois catholiques de la péninsule ibérique vont imposer aux « conversos » de nouveaux statuts, discriminatoires : La pureté de sang (Limpieza de sangre).

En savoir plus

« L'exclusion des Nouveaux-chrétiens (juifs convertis) est la manifestation d'une régulation politique de la société par le biais d'un mécanisme racial », Jean-Frédéric Schaub, historien

En 1492, les rois catholiques expulsent les juifs d’Espagne. L'exil frappe tous ceux qui, un siècle plus tôt, avaient refusé de recevoir le baptême pour devenir des conversos, des Nouveaux-Chrétiens, par opposition à ces Vieux-chrétiens dont les veines ne véhiculent pas de sang juif. Les musulmans ne tarderont pas à subir le même sort, de conversion puis d’expulsion.

Publicité

L’Espagne de la Reconquista se veut unie autour de la foi catholique. Mais pour aller plus loin dans le processus de discrimination, Espagnols et Portugais ne vont pas hésiter à établir une fracture au sein même des catholiques, en instaurant des statuts dits de Pureté de sang : la Limpieza de sangre, une question qui a selon l’historien Ignacio Pulido “préoccupé la péninsule ibérique pendant près de deux à trois cents ans”.

Il explique : “La pureté de sang fait référence à la biologie, à la race, à la dimension corporelle des individus. La limpieza de sangre est un sujet très intéressant et spécifique à l'Espagne des XVᵉ et XVIᵉ siècles à un moment où cohabitent des musulmans, des juifs et des chrétiens, alors qu'il faut créer une société commune où tous doivent être chrétiens. La limpieza de sangre établit une hiérarchie où seuls ceux qui sont des vieux chrétiens ont une place privilégiée dans la société. Quant aux autres, les nouveaux chrétiens, ceux qui ont été baptisés plus récemment, ils occupent une place secondaire.

Des statuts qui divisent aujourd’hui les historiens. Certains y voient une discrimination de nature religieuse, quand d’autres parlent, pour la première fois de l’histoire, d'un phénomène que nous nommons aujourd'hui racisme et dont le fondement est de nature biologique.

Pour l’historien Jean-Frédéric Schaub, ce qui est certain c’est qu’il s’agit historiquement, d’un moment clé : “L'épisode de la pureté de sang est extraordinairement intéressant et il est lui aussi une entrée dans la question de la race. Il permet de marquer ce qui pour les historiens est fondamental : un avant et un après. Ça fait partie de ces phénomènes historiques qui, au moment de leur surgissement, constituent véritablement une innovation qui permet de dire que quelque chose démarre quelque part pour des raisons particulières.

Un documentaire de Stéphane Bonnefoi réalisé par Diphy Mariani pour LSD.

Avec :

Javier Castano (historien, CSIC - Spanish National Research Council),

Jean-Frédéric Schaub (historien, EHESS Paris),

Ignacio Pulido (historien, université de Alcala de Henarès) et

Mohamed Saadan (historien, université de Rabat)

Traduction : Daniel Larralde Del Solar

Bibliographie

* Béatrice Perez, La pureté de sang en Espagne, PUPS

* Jean-Pierre Dedieu, 1492-1992, les deux éveils de l'Espagne, presses du CNRS

* Francisco Bethencourt, L'inquisition à l'époque moderne, Fayard

* Bernard Vincent, L’Islam d’Espagne au XVIe siècle, éditions Bouchène

* Reza Zia-Ebrahimi, Antisémitisme et islamophobie, éditions Amsterdam