Peinture rupestre trouvée dans la grotte d'Altamira, située en Cantabrie, en Espagne, datant de la période du Paléolithique supérieur ©Getty - Universal History Archive / Universal Images Group
Peinture rupestre trouvée dans la grotte d'Altamira, située en Cantabrie, en Espagne, datant de la période du Paléolithique supérieur ©Getty - Universal History Archive / Universal Images Group
Peinture rupestre trouvée dans la grotte d'Altamira, située en Cantabrie, en Espagne, datant de la période du Paléolithique supérieur ©Getty - Universal History Archive / Universal Images Group
Publicité
Résumé

Notre définition de l’humanité aujourd’hui n’est souvent pas la bonne car elle n’en comprend qu’une seule, Sapiens. Or il y a 50 000 ans seulement, notre Terre était peuplée de manière contemporaine d’au moins six humanités. Aujourd’hui nous sommes seuls, pour la première fois.

En savoir plus

Que nous disent ces coexistences du passé? 

Ici nous partons directement dans la grotte Mandrin à Malataverne dans la Drôme, lieu unique au monde. C’est une découverte très récente qui nous oriente vers ce lieu, témoin de la rencontre entre Neandertal et Sapiens. Nous aurons également les portraits robots de chaque humanité, avec leurs différences mais aussi leurs ressemblances. Cette diversité humaine disparue nous plonge au cœur de ce qui a fait de nous, des humains, héritiers de cette pluralité.   

Publicité

Il sera aussi question de navigation. Les scientifiques, qui s’accordaient sur le fait que cette compétence était l’apanage de l’Homme moderne, commencent, suite aux nombreuses découvertes récentes, à envisager que d’autres espèces humaines, très tôt, ont forcément traversé des mers. 

Et puis, nous nous questionnerons sur ces rencontres, avec ces morphologies cérébrales propres à chaque espèce, ces cultures contrastées et donc ces visions du monde si différentes. 

Enfin, imaginons ce monde aux humanités plurielles aujourd’hui, que serait-il si toute cette diversité avait subsisté ? 

A 1000 ans près

Avec Néandertal et Sapiens, il n'y a aucun site d'Europe ou d'Eurasie, qui nous permette de documenter une contemporanéité entre ces deux humanités. Avec le carbone 14, on a une datation à plus ou moins 1000 ans près, on est content !  Et à plus ou moins 1000 ans près, hier soir vous avez dîné soit avec César, soit avec Charlemagne. L. Slimak

Le cerveau de Sapiens

La taille moyenne du cerveau aujourd'hui, c'est 1350 centimètres cubes. Il se trouve que les hommes, il y a 50 000 ans, avaient un cerveau plus gros que l'humanité d'aujourd'hui. Il se trouve que notre cerveau a rétréci au cours du temps et a même changé de forme. A. Balzeau 

Notre cerveau est fait pour tisser des réseaux sociaux gigantesques et pour créer des visions du monde, c’est vraiment la particularité d'Homo sapiens. S. Bohler

Avec 

Un documentaire par Franck Bessière, réalisé par Assia Khalid 

Liens

La grotte Mandrin, sur le site de la commune de Malataverne.

Ludovic Slimak, Damien Pesesse, Yves Giraud : La grotte Mandrin et les premières occupations du Paléolithique supérieur en Occitanie orientale. In Espacio, Tiempo y Forma, serie 1, Prehistoria y Arqueologia, 2002.

Sophie A. de Beaune : Le proche et le lointain. La perception sensorielle en préhistoire. Article paru dans l’Homme, n°227-228, 2018.

Michel Philippe : Un état des connaissances sur la navigation préhistorique en Europe atlantique. In Bulletin de la Société préhistorique française, tome 115, n°3, 2018.

Contacts et déplacements des groupes humains dans le paléolithique supérieur européen. Article de François Djindjian, UISPP, Liège, mai 2012.