La chanteuse "Angèle" aux Francofolies en juillet 2018
La chanteuse "Angèle" aux Francofolies en juillet 2018 ©AFP - Xavier Leoty
La chanteuse "Angèle" aux Francofolies en juillet 2018 ©AFP - Xavier Leoty
La chanteuse "Angèle" aux Francofolies en juillet 2018 ©AFP - Xavier Leoty
Publicité

De quoi est fait notre rapport à la chanson à l'époque de la culture de masse, de YouTube et du capitalisme ?

Première diffusion : 20/06/2019

La ville bruisse de mélodies, de ritournelles et de chansons pour qui veut bien les entendre. 

Publicité

Cet épisode approche ce mystère de la voix chantée et du partage de l’émotion en chanson. Le micro capte, sur le vif, les gens dans la rue avec ce qui fredonne en eux, ce qui se dépose et affleure encore, en chansons. Par la rue, nous captons ces chansons pop' qui fondent notre mémoire collective, celles qui sont devenues des tubes. 

Les choisissons-nous ou sont-elles, au contraire, elles qui nous choisissent ? Pour l'auteure, chanteuse, comédienne et accordéoniste, Claudine Lebègue, "la chanson, c’est le seul art qui s’inscrit dans la peau et le quotidien des gens".

Difficile à faire, facile à entendre

Comment y échapper, alors qu'elles sont partout ? "Le mot italien qu’on utilise pour désigner les tubes c’est « tormentone », ça veut dire littéralement grand tourment ou grande torture", traduit Peter Szendy, philosophe et conseiller musicologique pour la Philharmonie de Paris.

Nous lèverons le voile de nos dynamiques psychiques et de nos mélancolies charnelles. Nous serons entre psyché et marché, à l’intersection de la charge mémorielle d'une chanson, et de sa dimension marchande, industrielle car "un tube c’est difficile à faire et facile à entendre", souligne Agnès Gayraud, philosophe, professeure d’esthétique à la Villa Arson à Nice.

Avec : 

Un documentaire de Péroline Barbet, réalisé par Nathalie Battus

Bibliographie

Dialectique de la Pop, Agnès Gayraud, éd. La Découverte

Tubes. La philosophie dans le Juke Box, Peter Szendy, éd. Les éditions de Minuit 

Liens

La branche francophone d’Europe de l’IASPM est une ramification de l’International Association for the Study of Popular Music. Créée en 2005, elle a pour vocation de faciliter la diffusion des travaux portant sur ces musiques auprès des chercheurs francophones d’Europe.

Ces chansons qui font l’histoire : chroniques de Bertrand Dicale diffusées sur France Info

Préface de François Ribac pour l’ouvrage  Une sociologie des musiques populaires, lire Simon Frith à en ligne dans les Archives ouvertes. 

Feedback ! Pour une généalogie des musiques populaires : thèse de doctorat en sociologie de François Ribac, Université Paul Verlaine de Metz (2007-2008).

Interventions lors du colloque Comment la chanson populaire communique-t-elle ? organisé par John Mullen, en collaboration avec l’IASPM (branche francophone d’Europe), à l’université de Rouen Normandie, les 15-16 novembre 2018.

Partenariat

LSD, La série documentaire est en partenariat avec Tënk, la plateforme du documentaire d’auteur, qui vous permet de visionner jusqu'au 8/11/2021 le film L'Harmonie - Blaise Harrison (60’-2013)

LSD, La série documentaire est en partenariat avec Tënk, la plateforme du documentaire d’auteur, qui vous permet de visionner jusqu'au 04/10/2021 le film Jusqu'au bout - Collectif Cinélutte (40’-1973)