Groupe scolaire Pauline Kergomard, Sarcelles, 2012 - Cédric Faimali/Collectif Argos
Groupe scolaire Pauline Kergomard, Sarcelles, 2012 - Cédric Faimali/Collectif Argos
Groupe scolaire Pauline Kergomard, Sarcelles, 2012 - Cédric Faimali/Collectif Argos
Publicité
Résumé

Trente ans après la Marche, les problèmes sont les mêmes et l'envie de se battre, toujours là…

En savoir plus

En octobre 2005, éclatent les émeutes de Clichy sous Bois. A cette époque, la question de la relation entre les jeunes et la police refait surface avec autant d’urgence et davantage de violence qu’en 1983. 

La vraie question c’est pourquoi on se met à courir quand on voit la police arriver ? M. Mechmache

Publicité

Je ne sais même pas si aujourd’hui, les gendarmes, font la différence entre un acte raciste et non raciste tellement c’est devenu habituel. A. Traoré 

Malheureusement, une prise de distance s’est opérée progressivement entre des militants issus des mêmes quartiers et malgré les tentatives de fédérer, il n’y aura pas de mouvement de la même ampleur. 

Les actions et les rêves républicains portés par l’association AC le Feu resteront lettres mortes. Une nouvelle génération arrive, avec de nouvelles revendications et de nouveaux idéaux. 

L’histoire me prouve encore aujourd’hui que vous n’avez cessé d’happer des forces autonomes et collectives pour les mettre au placard. A. Kanouté

Le débat en France aime nous enfermer dans la logique communautaire. Ce n’est pas de notre faute si on a tous été parqués dans le même quartier ! A. Kanouté

Trente ans après la Marche, les problèmes sont les mêmes et l'envie de se battre, toujours là… Mais la contestation passe aujourd’hui davantage par l’organisation locale et communautaire que par les mouvements citoyens. Elle est poussée en cela par une nouvelle génération de militants comme Almamy Kanouté, inspiré par le mouvement Blacks lives Matter et engagé dans l’affaire Adama aux côtés d’Assa Traoré.

J’ai appris très, très, tard l’existence de la Marche. Ce n’était pas dans mes livres d’histoire.... C’est pourtant une source d’un nombre important d’enseignement. Je pense que plus de 70 % des jeunes issus des quartiers populaires ne connaissent pas cette histoire. I. Seddiki 

Et des initiatives sociales et solidaires d’empowerment, plus en phase avec l’air du temps. Comme Ghett’up, qui veut mettre en avant les talents des banlieue dans le domaine professionnel, sans passer par la case Sciences Po ou ENA et les jeux de pouvoir ou d’appareil.

Grand ensemble de Sarcelles - 2010
Grand ensemble de Sarcelles - 2010
- Cédric Faimali/Collectif Argos

Avec

Une série documentaire de Sébastien Daycard-Heid, réalisée par Véronique Samouiloff.

Bibliographie 

Références

L'équipe

Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Production
Maryvonne Abolivier
Collaboration
Alisonne Sinard
Collaboration