Pause active au travail.
Pause active au travail.
Pause active au travail. ©Getty - Andresr
Pause active au travail. ©Getty - Andresr
Pause active au travail. ©Getty - Andresr
Publicité
Résumé

Quand le management s’empare du corps du salarié, est-il vraiment au centre des préoccupations managériales où est-ce une nouvelle stratégie d'emprise des entreprises sur leur employé ?

En savoir plus

La mine, l’industrie et l’agriculture faisaient autrefois une large place aux capacités physiques des travailleurs. Dans la seconde partie du XXe siècle, l’automation a contribué à invisibiliser les corps.

Aujourd’hui, la tendance s’inverse. Dans un lent processus managérial que nous racontent les sociologues Hélène Stevens et Daniele Linhart le corps fait son grand retour au travail.

Publicité

Activité physique, consultations avec des diététiciens, vélo-taf, prise en compte des rythmes biologiques, architecture et mobilier professionnels adapté… ou quand les entreprises prennent en main le bonheur de leur employé comme en témoigne Valérie Vezinhet, DRH chez PWC : “Nous sommes persuadés que la performance individuelle et collective ne peut être là que si, parallèlement, on fait attention au bien-être, à la santé physique et mentale des employés. Parce qu'en fait, on considère que la santé est source de performance individuelle et collective”, elle ajoute que “tous ces services destinés aux employés sont à la faveur de son énergie personnelle qu'il peut mettre au service de sa vie privée et au service de son employeur, c'est donc du gagnant-gagnant puisqu'évidemment, quand on a des équipes qui sont pleines d'énergie que ce soit physique ou mental, on sait qu'on est plus performant”.

Nous faisons dans cet épisode un état des lieux de cette reconquête… où le bien-être des salariés n’est pas au toujours au centre des préoccupations managériales comme l’analyse Danielle Linhart : “Il y a un besoin de la part de l'entreprise pour asseoir son emprise sur les salariés, de les convaincre que tout est conçu pour qu'ils se sentent du mieux possible et pour pallier tous les petits problèmes qu'ils auront” pour elle, “ces logiques du bien-être, du bonheur en entreprise, c’est aussi une façon pour les directions de rendre opaque la contradiction de libérer le salarié d’un côté en lui montrant qu’il est merveilleux tout en lui demandant de l’autre de respecter les procédures.” Une analyse rejointe par la mise en garde d’Hélène Stevens: ”Il ne faut pas oublier que ces pratiques de développement personnel qui soutiennent le bien-être, le bonheur au travail, répondent d'abord à des préoccupations gestionnaires managériale, en particulier celles de réformer les dispositions ou les compétences des salariés pour répondre aux nouvelles exigences du capitalisme”.

Un documentaire de Rémi Dybowski-Douat, réalisé par Jean-Philippe Navarre.

Avec :

Danielle Linhart, sociologue

Valerie Vezinhet, DRH PWC France et Maghreb

Helene Stevens, sociologue

Jean Christophe Vuattoux, chercheur

Camille Parrouteau, PDG Monmartin

Annie Moudze, entreprise Deveryware

Aurélie Guyot, naturopathe

Gaël Chatelain Berry, auteur conférencier « manager bienveillant »

Chanson de fin : “La cadence” de Claude Vinci

Liens

Partenariat

LSD, La série documentaire est en partenariat avec Tënk, la plateforme du documentaire d’auteur, qui vous permet de visionner jusqu'au 10/4/2022 le film de Tessa Joosse - Plastic and glass - (9' - 2009)

Références

L'équipe

Perrine Kervran
Perrine Kervran
Perrine Kervran
Production
Annelise Signoret
Collaboration
Maryvonne Abolivier
Collaboration
Anahi Morales
Collaboration